Lettre d'infos
janvier - février 2012

 

 

Bonne et heureuse année !


Que s'est-il passé en décembre?

Conférence sur la préhistoire


M. Courtin signant ses ouvrages

Le Conservatoire du Patrimoine a eu l'honneur de recevoir le grand archéologue spécialiste de la préhistoire en Provence,
M. Jean COURTIN, à l'occasion d'une conférence sur les premiers paysans du Midi, à la période néolithique.
 
Cet événement a réuni une quarantaine de personnes venues de tout le département pour écouter pendant plus de 2h de passionnants récits.

Ceux qui n'ont pu y assister peuvent encore se rattraper avec la conférence sur les origines de l'art qui se tiendra à Toulon (voir l'agenda ci-dessous).

 


Publication du guide d'activités 2012

Vous retrouverez dans le nouveau guide d'activités toutes les dates de balades, stages, ateliers et expositions pour l'année 2012.

Il n'est pas nécessaire d'attendre le printemps pour bouger tout en s'instruisant. Dès janvier, une visite du fort Freinet, des ateliers argile et même une exposition de photos Ombre et lumière au fort Freinet (voir agenda) vous attendent!

Un des temps forts de l'année:
3 sites partenaires se réuniront autour d'un thème commun :  les milieux naturels des Maures. Ainsi, la Maison de la Nature aux Mayons, le Conservatoire du Patrimoine de la Garde-Freinet et le musée des ATP de Grimaud dresseront un portrait naturaliste vous révélant différentes facettes de notre massif.

Vous pouvez dès à présent découvrir l'ensemble de nos activités sur notre site internet.

A très bientôt!
 


Fabrication de ruches en liège

Le rucher enclos de Blay, situé en amont de la retenue de Vanadal est en cours de restauration. Les travaux devraient être achevés au mois de juin 2012. Pour parfaire la destination de cet enclos, nous avons décidé d’y installer des ruches traditionnelles en liège : des bruscs.

Avec le soutien de la commune de la Garde-Freinet, nous nous sommes d’abord procurés des canons de liège auprès d’un bouchonnier de Flassans-sur-Issole. Nous nous sommes ensuite attelés, avec les jeunes de l’IME de Sylvabelle à la fabrication de ces ruches. 

Les étapes sont les suivantes : les ruches sont recoupées à hauteur. Nous fermons ensuite la coupe verticale de la levée, avec du fil de fer. Nous installons à l’intérieur des branches de bruyère qui forment un croisillon, point d’ancrage de la colonie. Nous ajustons un couvercle débordant et le fixons à l’aide de chevilles de bruyère sur le haut de la ruche. Enfin, nous perçons quelques ouvertures au pied de la ruche achevée.

Plusieurs dizaines de ruches vont ainsi être préparées durant l’hiver pour être installées sur le site au Printemps avec, si cela est possible, leurs occupants.


Fermeture des ruches à l'aide de fil de fer


Découpe du liège pour le couvercle


 


Le coin des toponymistes

Les noms de lieux liés à l'habitat
Partie II : l'habitat dispersé (suite)

Le provençal a emprunté dès le XVIe siècle au français le mot « maison », mais s’en est peu servi. La forme dialectale maioun, sans –s- intervocalique, totalement sortie de l’usage  survit par exception dans le nom du village des Mayons.  De fait, la toponymie locale n’offre que deux exemples, tous deux très récents, d’emploi du mot français : la Grande Maison, à Cavalaire (carte IGN) et Maison-Neuve à Sainte-Maxime (carte IGN, au quartier de Valcologne), deux grandes villas du début du XXe siècle.

Quant au mot « logis », autre emprunt du provençal au français, il s’appliquait spécifiquement aux bâtiments d’hôtellerie, parfois isolés en marge des agglomérations : le Logis de Sainte-Maxime (1665) a été absorbé par les extensions récentes du village ; le Logis Brûlé à la Môle (Brulat en 1776, le Jas Brûlé en 1778, le Logis Brûlé en 1808) était bâti en bordure de la grande route de Toulon.

Le provençal croto, francisé en « crotte », n’a rien à voir avec le mot français malodorant ou péjoratif. Dérivé du latin crypta, ce terme était jadis couramment employé pour désigner des bâtiments voûtés, souterrains ou non. La destination de ces édifices reste indéterminée, mais leur mode de couvrement atteste une qualité qui les distingue des constructions ordinaires couvertes en charpente. Il pouvait s’agir de petits entrepôts pour les récoltes ou de bergeries aussi bien que de maisons d’habitation : la Crotte à la Garde-Freinet (1715, bastide proche de la Moure) ; les Crottes à Cogolin (1641, plusieurs bastides au débouché de la Val de Périer) ; les Crottes à la Garde-Freinet (1778, bastide ruinée sous le hameau de la Moure) ; les Crottes à Grimaud (1637, bastide sous la colline de San-Peïre) ; les Crottes encore à Grimaud (carte IGN, près de la Queste) ; les Crottes à Sainte-Maxime (1566, au quartier de la Nartelle) ; les Crottes de Jehan Baratte à Saint-Tropez (1607, non localisé) ; les Crotons à Grimaud (1445, près de Saint-Pons).

. Elisabeth SAUZE: archiviste et paléographe


Le coin des naturalistes

Maître renard

Comment faire avec seulement quelques lignes de disponible pour conter l’histoire du renard ? La tâche est impossible tant il y a de vérités et tout autant de fausses vérités sur cet animal…Voila une sélection de trois points, choisis de manière très subjective !

Il est le héros malin de nombreuses œuvres littéraires : du roman de Renart rédigé au Moyen-âge au Petit Prince de Saint Exupéry en passant par les célèbres fables de la Fontaine. C’est aussi le héros des touts petits avec les dessins animés de Walt Disney dans Robin des bois ou Rox et Rouky. Paradoxe ! Dans la presse, il est accusé de tous les maux, c’est un mangeur de poules, un nuisible qu’il faut réguler … N’est-ce pas le lot de tout les personnages publics, de tous les « people » que d’être tour à tour conspués et adulés ?

Pour se faire une bonne opinion du renard, il n’y a qu’à l’observer. En partant par les chemins de traverse tôt en matinée, vous avez de bonnes chances de le croiser. Dans les Maures, il est commun, du plus profond de la forêt aux abords des villages et des hameaux. Le surprendre en chasse est une vision mémorable. A la recherche de rongeurs, il mulote : il avance prudemment, tête haute, oreilles dressées … un bruit infime, il stoppe, hoche la tête, oriente ses oreilles … puis il bondit pour clouer sa proie au sol. Un bond exceptionnel qui peut lui faire faire 2 à 4 m ! La neige (ça arrive parfois par chez nous !) ou les hautes herbes qui cachent le rongeur ne sont pas des obstacles avec cette technique où tout se fait à l’oreille !


Le renard roux
Photo: Karel STRAATMAN

Notre renard, présent en Europe mais aussi en Asie, en Amérique du Nord, en Afrique du Nord et en Australie est le Renard roux. Son pelage bien connu est essentiellement roux bien qu’il varie du brun au gris selon les individus. Sa queue touffue terminée par un « pinceau » blanc est caractéristique.
Il existe bien d’autres espèces de part le monde. Quelques exemples : le Renard du Bengale, le Renard du Cap d’Afrique Australe, le Renard des steppes, le Renard tibétain, le Renard véloce d’Amérique du Nord, le Renard polaire, le Renard gris des îles de Californie, le Fennec d’Afrique du Nord.
. Denis HUIN : guide naturaliste

L'agenda

Le Conservatoire du Patrimoine organise...

Exposition
Ombre et lumière au fort Freinet, regard d'un peintre, Marouchka Morgenstern

Longtemps, l'artiste a arpenté ce lieu historique unique à chaque saison, aux différents temps du jour afin d'en capter les lumières et les couleurs bien spécifiques. Son travail photographique témoigne de différents sujets d'inspiration. Celui qui vous est présenté au musée s'attache à l'aspect mystérieux du site par le jeu incessant de l'ombre et de la lumière.

> du 14 janvier au 26 avril 2012


Photo: Marouchka Morgenstern

Stage argile
Animé par Béatrice BALGUERIE, artiste plasticienne.
Stage s'adressant aux adultes.
Venez découvrir les propriétés de cette matière issue de la terre, à la fois plastique et modelable. Colombin, plaque, graphitage, collage à la barbotine, évidage, etc... et possibilité de cuisson au raku.

> les samedis 21 et 28 janvier, 4 et 11 février de 10h à 12h.
Inscription obligatoire au 04 94 43 08 57


Balade archéologique
Le Fort Freinet
Visite commentée par Anne-Marie LEDOUX, archéologue.
> samedis 21 janvier et 25 février à 9h30
Inscription obligatoire au 04 94 43 08 57




Ailleurs dans le Var et le reste des Maures...

Conférences
Les 11èmes rencontres "Histoire et Patrimoine des Maures"
Organisées par la commune de Saint-Tropez, le Conservatoire du Patrimoine du Freinet et le SIVU du Golfe de Saint-Tropez/Pays des Maures.
Une succession de mini-conférences seront présentées par des experts de tous horizons.
> samedi 28 janvier de 9h30 à 17h - salle Jean Despas à Saint-Tropez
 
Dans le cadre des "Jeudis du CAV", le centre archéologique du Var vous propose deux conférences accessibles à tous, gratuites et sans inscription préalable.
Aux origines de l'art
: il y a 32 000 ans dans la grotte Chauvet en Ardèche,
par Jean COURTIN, Archéologue-Préhistorien, directeur de recherche honoraire au CNRS.

> jeudi 12 janvier à 17h30

En lien avec l'exposition temporaire sur les monuments de spectacle en gaule du sud
L'amphithéâtre de Fréjus : nouvelles études et nouvelles questions, par Robert THERNOT, archéologue et chargé de recherche à l'INRAP.
> jeudi 2 février à 17h30

Au CAV, 14 boulevard de Bazeilles-Toulon
Renseignements au 04 94 41 04 35


illustration du CAV
 

Exposition
L'amphithéâtre de Fréjus et les monuments de spectacle en gaule du sud, Arles, Nîmes, Orange, Cimiez
Entrée libre
> du 30 janvier au 3 mars - CAV, 14 boulevard de Bazeilles à Toulon
Renseignements au 04 94 41 04 35


illustration du CAV


.Document réalisé par Céline Pain, chargée de communication du Conservatoire du Patrimoine

INSCRIPTION A LA LETTRE D'INFO

Nom :
Prénom :
Email :
Je souhaite