Lettre d'info
- Mars -

 

Se vouas pas vèire tei souco ploura, avans Mars fau lei pouda.
Si tu ne veux pas voir tes vignes pleurer, avant mars il faut les tailler.
(traduction P.PREIRE)


QUE S'EST-IL PASSE EN FEVRIER?

Journées Mondiales des Zones Humides

Lors du 1er week-end de février, la ville de Fréjus a organisé pour la 6ème année les journées mondiales des zones humides sur un site phare de notre département : les étangs de Villepey, appelés aussi la petite Camargue varoise.
Les étangs de Villepey
Entre mer, montagnes et rivières, ces étangs forment une des seules zones humides littorales entre la Camargue et l'Italie. Ils ont été façonnés dans le delta de l'Argens, par les divagations du fleuve au fil des siècles et par les activités humaines d'extraction de sable. Ils constituent aujourd'hui un espace naturel protégé de 260 ha après d'importants efforts de reconquête. Acquis par le Conservatoire du littoral, ils sont gérés par la Ville de Fréjus et répertoriés en Z.N.I.E.F.F. (Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique, Floristique et Faunistique) et au réseau européen Natura 2000.

2010, année de la biodiversité, thème à l'honneur de cette édition. Pour l'illustrer, des conférences; des vidéoconférences parmi lesquelles un film Haute Définition étonnante découverte du monde macroscopique des insectes, temps fort du week-end; des stages invitant à découvrir la nature par le biais de la photo; des visites guidées; des ateliers thématiques dont la fabrication traditionnelle de canisses et autres objets en canne de Provence et roseaux ou encore des ateliers de calligraphie avec calame; des permanences ornithologiques par la LPO à l'Observatoire de la Vasière qui ont vu entre 200 et 300 personnes par jour... et bien d'autres activités encore.
Prochain rendez-vous le 1er week-end de février 2011.

LE COIN DES TOPONYMISTES

L'origine des noms: les cours d'eau (1ère partie)

Les multiples petits cours d’eau qui descendent des collines sont aujourd’hui communément désignés par les mots français ruisseau, torrent, ravin, vallon. Le provençal d’autrefois utilisait plus volontiers le terme valat (= fossé, vallon), dont les cadastres d’Ancien Régime (XVIIe et XVIIIe siècles) offrent d’innombrables exemples. Avant la vulgarisation de ce mot, le provençal avait à sa disposition plusieurs autres vocables qui ont servi à former des toponymes.

Le plus ancien dérive directement du latin rivus = ruisseau, prototype du vieux français ru et du provençal rièu ou riou. Les deux principaux cours d’eau de la Garde-Freinet lui doivent leur nom :

Refren, quartier au sud du village, conserve l’ancien nom du torrent aujourd’hui appelé la Garde, qui rejoint la mer à Grimaud. Les mentions successives dans les documents écrits montrent l’évolution phonétique du composé de rivus = ruisseau et frigidus = froid, qui n’est aujourd’hui plus compris : Rivum frigidum en 1058, et 1175, Riffren en 1401, Rieu Fren en 1431, Rieu Frech en 1445, Ruffren, Reffren en 1613, Rioufred en 1637, Rafren en 1715, Riauffret en 1753, Refren en 1815.

Dérivé de rieu, le provençal rial, riau (latin rivus + suffixe –ale) a servi à dénommer, depuis 1613 au moins, le torrent des Neuf-Riaux, qui descend au nord du village pour rejoindre l’Aille vers la limite du Cannet-des-Maures. Il ne faut pas chercher à attribuer au chiffre neuf qui forme le premier terme du composé une exactitude rigoureuse, il exprime seulement la perception qu’avaient les anciens de ce torrent comme la réunion d’une quantité de ruisseaux d’importance à peu près égale issus du versant nord du massif dans ce quartier jadis peu fréquenté (avant la création, au XXe siècle, de l’actuelle route départementale) en raison de son exposition froide et de la raideur de ses pentes.

On trouvait aussi en 1715 le Rial de Traille, Rial de Treilhe en 1613, Rial de Treille en 1588, affluent du torrent des Neuf-Riaux sur le versant sud de Peigros, dont le second élément, sans article, fait probablement allusion plutôt au sobriquet d’un ancien propriétaire qu’à une treille de vigne.

Le provençal rai = jet ou filet d’eau a donné deux noms de lieu : le Rayet (diminutif avac suffixe –et), mentionné en 1613, vers Camp-Long, et le Raiol (diminutif avec suffixe –ol), en 1613 et 1715, près de la route de Grimaud.

Elisabeth SAUZE, archiviste paléographe.


LE COIN DES NATURALISTES

La plante du mois : l'euphorbe characias (euphorbia characias)

Cette plante appartient à la grande famille des euphorbiacées dont on compte plus de 1600 espèces dans le monde et une cinquantaine rien qu’en France. Avec les beaux jours, elle commence à fleurir.

L’euphorbe characias est une plante vivace que l’on rencontre le long des chemins et dans les milieux ouverts du massif.
Vigoureuse, elle mesure de 40 à 90 cm de haut. Tout au long de l'hiver, on peut voir ses feuilles d'un vert bleuté et ses tiges rouges mais ce n’est que sur la fin février que les premières fleurs apparaissent. Discrètes, elles sont d'une grande beauté pour celui qui sait se pencher un peu et regarder dans ses grandes ombelles. Vert tendre, elle s'épanouira bientôt et dévoilera de grandes inflorescences (10 à 20 cm de diamètre) de couleur vert-jaune. Les fleurs groupées n'ont pas de pétales; on parle alors de "pseudo fleurs", portées par deux bractées. Les ovaires situés à l'extérieur sont entourés de quatre écailles à nectar rouge brunâtre en forme de croissant de lune. Loin des jolies fleurs aux pétales multicolores que l’on est accoutumé à voir, l’euphorbe rivalise d’originalité.


illustration: photo de F.Tamboloni



illustration: photo de F.Tamboloni

Un latex blanc, fort toxique, contenant de l’euphorbone, exsude lors des cassures. Ce latex était jadis prescrit comme purgatif mais les dangers de son utilisation l’ont proscrit médicalement. Certains braconniers s’en servaient pour empoisonner les poissons dans les gours.
Aujourd’hui, plus poétique, l’Euphorbe characia laisse à entendre de jolies notes de musique produites par ses ombelles et ce, pour le plus grand plaisir des  randonneurs.

Fabien TAMBOLONI, technicien forerstier et naturaliste

 

A vos agendas!
Samedi 13 mars
: Sortie avec votre guide forestier la forêt aux petits soins pour tout savoir sur les vertus médicinales et les qualités culinaires des plantes qui nous entourent.
Inscription obligatoire au 04 94 43 08 57

A VENIR

> Conférence vendredi 12 mars à 18h30 - salle Beausoleil à Grimaud
Le liège avant le bouchon dans le golfe de Grimaud, par Bernard ROMAGNAN - entrée gratuite

> Conférence samedi 27 mars, 17h - salle des fêtes de la Garde-Freinet
Cueillette de la feuille d'arbousier de la période médiévale à la fin du XVIIIème siècle, par Bernard ROMAGNAN
entrée gratuite
> Semaine sans pesticides du 20 au 30 mars 2010 - événement national

Des collectivités, des entreprises, des associations et bien d'autres acteurs mettent en place, partout en France mais aussi à l'étranger, des conférences, des projections de films, des débats, des expositions ou encore des spectacles, des sorties sur le terrain, des visites et portes ouvertes en jardins ou exploitations agricoles...
Toutes ces actions citoyennes démontrent que les risques sanitaires et environnementaux liés à l'utilisation des pesticides sont désormais inacceptables et que les alternatives aux traitements chimiques existent et qu'elles sont viables.

C'est dans ce cadre-là que se tiendra le vendredi 5 mars au Plan de la Tour, une réunion des jeunes agriculteurs.

Autres événements à noter sur cette thématique du développement durable et de l'éco-citoyenneté :

> Conférence le
vendredi 5 mars, 20h - auditorium du collège Pierre Gassendi à Rocbaron

les OGM c'est quoi?
par Christian Velot, Docteur en biologie et Maître de conférence en génétique moléculaire, Université Paris Sud (prix d'entrée 5 €).
> Conférence le vendredi 26 mars, 18h - salle Cassin à La Londe-les-Maures
Sommes-nous éco-citoyens? par Vincent BLONDEL de l'association Naturelles Balades.
Au cours de cette conférence, vous apprendrez comment calculer votre empreinte écologique et connaître l'incidence de vos gestes du quotidien sur l'environnement.
Elle fait partie d'un cycle de conférences sur l'environnement.
Site de la ville de La Londe

Pour être informé de la parution de la prochaine lettre, merci de remplir le formulaire

Nom :
Prénom :
Email :
Je souhaite