Lettre d'info
- Avril 2010 -

 

Abriéu fa la flour e mai n'a l'ounour.
Avril fait la fleur et mai en a l'honneur.
(traduction P.PREIRE)


QUE S'EST-IL PASSE EN MARS?

Préparation de l'élevage de vers à soie pour la 10ème année consécutive au Conservatoire du Patrimoine
L'équipe du Conservatoire prépare activement son élevage de vers à soie qui aura lieu du 5 mai au 10 juillet ;
il sera ouvert, comme chaque année, à tous nos visiteurs : groupes et individuels.
Avec l'arrivée des beaux jours (bien que le printemps se montre frileux cette année), on assiste déjà à la renaissance de la nature et on attend avec impatience l'éclosion des feuilles de mûrier blanc qui nous donnera le feu vert pour sortir du frigo les graines renfermant la prochaine génération de vers à soie, la chenille au fil d'or. En effet, ce sont les oeufs pondus il y 9 mois par les papillons issus de l'élevage 2009, qui vont, en retrouvant une température ambiante, éclore.
Pour le personnel du conservatoire et certains bénévoles, le mois de mars a été celui de la coupe et du fendage des cannes de provence qui seront utilisées pour la fabrication des canisses. Dans la tradition séricicole, on disposait sur les cannisses des branches de bruyère. Celles-ci servent à l'encabanage, autrement dit, le moment où les vers à soie, repus, commencent leur ascenssion sur ces branchages afin d'y tisser leur cocon. Cette année, nous avons l'ambition de fabriquer nous-mêmes ces constructions végétales et pour cela, nous sommes à la recherche de conseils en techniques de fabrication... à bon entendeur!
Enfin, nous lançons un appel aux propriétaires d'objets liés à la sériciculture, les prêts nous permettant d'enrichir, d'une année sur l'autre, notre exposition. Et si vous-mêmes avez des souvenirs séricicoles, vos témoignages seront aussi les bienvenus!










coupe des cannes de provence
illustration : Rémy MARCOS










fendage des cannes
illustration : Rémy MARCOS


LE COIN DES TOPONYMISTES

L'origine des noms: les cours d'eau (2ème partie)

Equivalent du mot valat, le mot règo = raie, sillon, rigole a désigné aussi de nombreux petits cours d’eau : la Règue de Vary ou de Vally en 1715, ruisseau qui descend du Pré du Saule ; la Règue dou Sauve en 1613 au quartier de Pourcaresse ; la Règue de Peilho en 1613 au même quartier ; le Regon de la Treyene, 1613 au quartier de Vanadal ; le Regon des Saignières en 1715 au quartier des Sinières vers le Val de Gilly : le Regon des Quaniers en 1715 au même quartier ; le Regon du Pais de Estelle en 1715 sur la limite de Plan-de-la-Tour ; le Regon des Roures en 1715 au quartier de Camp-Long ; le Regon du Camp de Capeau 1715, affluent de la Garde, au quartier du Camp de Capéou.

Citons encore le provençal gorc, gourg (même racine que gorge) = trou, cuvette creusée dans le lit d’un torrent, où l’eau séjourne en période d’étiage, quand le ruisseau ne coule plus : le Gour de Bense en 1715, le Gourc de Bensse en 1613, au quartier de la Castagnerède (Bense : nom de personne) ; le Gour de Guileaume en 1715, , dans le vallon des Neuf-Riaux ; le Gour de la Laune en 1715, non localisé ; le Gour de l’Oule en 1715, le Gourc de l’Oule en 1613, sur la limite de Vidauban (avec le terme descriptif oulo = marmite) ; le Gour de Tanbourin en 1715 au quartier de Val d’Enfer (Tanbourin : nom de personne) ; le Gour de Viraton en 1715 au quartier de Pourcaresse (Viraton : nom de personne) ; le Gour du Cabède en 1715 dans le vallon des Neuf-Riaux (cabede = chevesne, poisson) ; le Gour du Féogas en 1715 dans le vallon des Neuf-Riaux (feogas = terrain plein de fougères) ; le Gour du Saut du Loup en 1715 au quartier de Colle-Dure ; le Gourc de Chabrete en 1715 au quartier des Basses-Cabrettes ; le Gourq de la Toupine en1715 au quartier de la Bagarède ; le Gros Gourc en 1637, sous le cimetière ; les Plus haut Gourcs en 1613 dans le vallon des Neuf-Riaux.

Le bruit de l’eau qui coule est à l’origine du nom du Rangorier ou Prat Rangourier en 1715, vers le Camp de la Suyère, du provençal rangoula = râler, gronder.

Finissons avec les sources, invariablement désignées par le provençal font (du latin fons), sous sa forme dialectale fouent et, ultérieurement, sa traduction française fontaine :

Tresfont, vallon sur le versant nord de Colle-Dure (las Tres Fons en 1549, les Trois Fons en 1613, les Trois Foents, les Trois Fontènes en 1715) Foent Freie (1715), non localisé, en allant vers Plan-de-la-Tour ; la Fontène de Gréore en 1715 vers Serre Long caractérisée par son bruit (provençal gréule = râle, voix étranglée) ; Foun Doussartière ou Dissatière en 1815 vers Refren, proche d’un eissart = terrain défriché et/ou cultivé par intermittences ; la Fontène de Quausset en 1715 dans la rue de Causset ; la Fontène du Roure en 1715 au quartier du Bramadou, sans doute proche d’un beau chêne ; enfin, accompagnées d’un nom de personne, la Foent d’Enguis en 1715, la Font d’Enguis en 1613, près de la chapelle Saint-Eloi; la Fontène du Praire  1715 au quartier du Praire ; la Fontène de Berrus  en 1715, dans le vallon du Marit Valat.

Elisabeth SAUZE, archiviste paléographe


LE COIN DES NATURALISTES

La plante du mois : le pastel des teinturiers, Isatis tinctoria
Le pastel des teinturiers, également appelée guède ou vouède est une plante bisannuelle qui ressemble à une salade à fleurs jaunes montée en graine. Elle forme la première année une rosette de feuilles oblongues lancéolées vertes et glabres ou, plus rarement, couvertes d'un duvet blanc. La deuxième année pousse une tige robuste à rameaux dressés, pouvant atteindre 1,5 m de hauteur. Les feuilles inférieures sont plus ovales; les supérieures, plus étroites, embrassent la tige par deux oreillettes aiguës. Les nombreuses fleurs jaunes, très petites, sont groupées en volumineuses grappes dressées, épanouies de mai à juin. Les fruits sont des siliques de petite taille et de forme oblongue, d'un noir brillant violacé à maturité.
On la trouve dans les endroits secs : terrains vagues, bords de routes, rocailles.
Originaire de la région de la mer Noire, elle a été acclimatée en Europe, vraisemblablement dès le néolithique. Sa culture a été développée en France, en Italie et en Allemagne au Moyen-Age. Aujourd'hui, le pastel est assez commun, à l'état sauvage, dans tout le Midi de la France et les pays méditerranéens.

Elle est considérée comme le cousin occidental de l'indigo. Ses feuilles, comme celles des plantes du genre Indigocifera, permettent de teindre les étoffes dans des bleus solides qui n'apparaissent que lorsque le tissu est exposé à l'air. Cependant, les propriétés tinctoriales de l'indigo sont vingt fois plus puissantes que celles du pastel, ce qui en fera un adversaire redoutable lorsque l'histoire mettra ces deux sources de bleu en concurrence.
Il faut 1 tonne de feuilles de pastel pour produire 2 kilos de pigment bleu. On utilise la fleurée des cuves de teinture pour teindre la chaux dans des bleus dont la douceur a donné naissance à l'expression "teintes pastel". Dans le Lauragais (région du sud-ouest de la France, sur le canal du Midi), on en enduisait les jougs des boeufs car le bleu du pastel a la propriété de repousser les mouches.

Céline PAIN, animatrice du Conservatoire du Patrimoine


Expérience tinctoriale à faire:
Cueillez une feuille de pastel, placez-la sur un morceau de tissu et recouvrez-la avec un pan de l'étoffe. Posez le tout par terre et martelez soigneusement la surface avec le maillet: la feuille apparaît en vert sur fond blanc du tissu. Ouvrez votre tissu, evacuez les débris de feuille et exposez la face marquée au soleil. Après quelques minutes, mouillez votre tissu et savonnez-le bien. Les traces vertes de chlorophylle vont disparaître et laisseront la place à la silhouette bleue de la feuille: au contact de l'air et du savon, le suc de la feuille s'est oxydée et il s'est formé un peu d'indigo dans la fibre.


L'oiseau du mois : l'hirondelle

Une hirondelle fait le printemps …

Adage valable peut être pour les départements "nordiques" * mais pour les Maures il en va tout autrement.

Une espèce d’hirondelle est sédentaire ou hivernante chez nous, il s’agit de l’hirondelle des rochers au plumage brun terne (brun sombre dessus, brun très pâle dessous). Elle est donc visible toute l’année car elle niche aussi dans les Maures.

Hirondelle de rocher

 illustration : Guy DURAND

Hirondelle rustique

illustration : Christian BURY

Hirondelle rousseline

illustration : Christian BURY

Les autres espèces (4 sont possibles) sont bien migratrices mais arrivent bien avant la date "officielle" du printemps de notre calendrier. Les hirondelles rustiques (plumage noir à reflet bleuté, gorge rougeâtre) et de fenêtre (plumage noir à reflet bleuté, croupion blanc) sont les premières et passent dès la mi-février. Suivent l’hirondelle des rivages (plumage brun, collier brun à la gorge) et la rare hirondelle rousseline (plumage noir à reflet bleuté, nuque et croupion roux) à partir de la mi-mars.

* la discrimination climatique nordique / sudiste n’a rien de péjoratif … elle ne reflète qu’une réalité. Et toc ! J’enfonce le clou !

Denis HUIN, naturaliste, ornithologue

 


A VENIR

> Conférence :  Regards géologiques sur la presqu'île de St Tropez et le secteur de Grimaud d'Edith Platelet, géologue, agrégée en sciences de la terre
Au-delà du regard habituel sur une presqu'île mythique et sur des villages du Moyen-âge, c'est toute une histoire, au cours de millions d'années, qui est évoquée.
Les paysages, les roches, parlent d'anciens continents, de montagnes, de volcans, d'une Méditerranée éphémère...
vendredi 2 avril, 18h30 - salle Beausoleil à Grimaud - Entrée gratuite

> Conférence : Meubles et objets en bois dans le golfe de Grimaud du Moyen-Age au XIXè siècle, de Bernard Romagnan
Dans le cadre de l’exposition sur la Forêt des Maures au Musée des ATP de Grimaud et au Conservatoire du Patrimoine de la Garde-Freinet, Bernard Romagnan nous propose un voyage dans le passé à l’intérieur des maisons des villages du Golfe de Saint-Tropez. Quel mobilier en bois pouvait-on y trouver?  Quelles espèces étaient utilisées? Que reste-il de tout ce mobilier ancien? Voici quelques unes des questions qui seront abordées lors de cette conférence.
vendredi 9 avril, 18h30 - salle Beausoleil à Grimaud
- Entrée gratuite

> Formation sur les techniques de greffage du châtaignier
Organisée par le Syndicat des Producteurs de Châtaignes du Var, cette formation fait intervenir une équipe de greffeurs cévenols pour vous faire partager leur expérience. Prévoir le Pique-nique, un greffoir (ou un couteau bien affuté) et un sécateur.
samedi 10 avril à Collobrières et dimanche 11 avril à la Garde-Freinet
Inscription obligatoire avant le 7 avril. 30€/pers.

> Exposition
Au sein de l’exposition sur la forêt des Maures, le musée de Grimaud propose une "exposition de poche" sur la menuiserie et les meubles provençaux. Vous pourrez y voir un petit atelier de menuisier comportant ses nombreux outils.
Une autre partie sera consacrée à la présentation de divers meubles anciens, témoins du savoir faire des menuisiers de Provence.  
ouverture pour les vacances de Pâques - Musée des ATP de Grimaud - Entrée libre

> Conférence : L'exploitation du bois dans les Maures sous l'Ancien Régime
de Bernard Romagnan
Cette conférence a pour but de décrire toutes les activités liées à l’exploitation du bois dans la forêt des Maures avant le XXe siècle : quels étaient les hommes qui y travaillaient ? Comment s’organisaient –ils ? Pour quels produits ?
Quelques exemples significatifs permettront d’entrevoir les conflits d’intérêt et les litiges que cela engendrait.
samedi 24 avril, 15h - mairie de la Garde-Freinet - Entrée gratuite

> Ces plantes qui nous nourissent
Balades nature, exposition animée, conférences, ateliers, animations...
du 20 mars au 25 avril - Maison de la Nature des Quatre Frères au Beausset -
Entrée libre
Plus d'informations au 04 94 05 33 90

Dans le cadre de la semaine nationale du développement durable :

> Conférence-débat : du sommet de Rio à St-Tropez

de Léo D
ayan, Maître de conférence à l'Université de Paris I Panthéon Sorbonne, directeur scientifique de l’APREIS, laboratoire mondial de recherches scientifiques pour la durabilité.
Thèmes abordés : l’économie de la durabilité, la fiscalité environnementale et le tourisme durable.
samedi 3 avril, 18h - la Messardière à St Tropez

> Marché Développement Durable
Exposants de produits BIO : alimentation, textile, santé, matériaux. Stand d’animation de structures locales partenaires.
dimanche 4 avril - Place des Lices à St Tropez

... et un peu plus loin, hors des Maures

> 3ème salon de l'environnement et du développement durable
Stands professionels, conférences, ciné-débats, forum des risques majeurs... organisés par la ville du Pradet et l'association Naturoscope - entrée libre
du 2 au 4 avril - Espace des Arts au Pradet
+d'info

Pour être informé de la parution de la prochaine lettre, merci de remplir le formulaire

Nom :
Prénom :
Email :
Je souhaite