Lettre d'info
- Mai 2010 -

 

Emé seis erbo d'amour fouaro fougau,
Mai adu bèn de còup, un bres à l'oustau.

Avec ses flirts inconvenants,
Mai apporte souvent un berceau dans la maison.
(Traduction : P.Preire)

(Ce proverbe s'adressait aux couples de jeunes gens dont on disait qu'ils avaient fêté Pâques avant les Rameaux)


LE COIN DES TOPONYMISTES

L'origine des noms : les terrains humides

L’eau, ce bien précieux entre tous sous le climat méditerranéen, occupe dans la toponymie une place de choix. Nous avons vu précédemment les sources et les cours d’eau. En l’absence de lacs et d’étangs naturels – ceux qui existent aujourd’hui sont des aménagements récents et n’ont pas donné lieu à des appellations traditionnelles –, la toponymie signale des terrains humides.

A défaut de véritables marécages (provençal palu ou palun), décidément absents dans ce territoire montueux au sous-sol rocailleux et sablonneux, quelques bas-fonds où des nappes d’argile retiennent temporairement un peu d’humidité propice à la poussée de l’herbe sont signalés par l’appellatif provençal moulièro, dérivé de l’adjectif mol ou mou. La Moulière, au quartier de la Court, et les Moulières, dans le quartier des Cabrettes, la Moulière Longue, également aux Cabrettes, et son homonyme, vers le Camp de la Suyère, tous employés dans le cadastre de 1715, paraissent être sortis de l’usage. Mais on connaît encore les Mouliérettes, près de la Moure (ley Mouleirettos en 1613, les Mouleiretes en 1715).

On a beaucoup utilisé aussi un autre dérivé de l’adjectif mol, le mot moulestre. Absent des dictionnaires et sorti de l’usage local, ce terme avait sans doute un sens plus péjoratif que le précédent. Les Gardois de  1613 connaissaient le Moulestre Aiglier, au quartier de Camp-Vif, et lou Moulestre de Vallette, dans le vallon de Vanadal ; ceux de 1715 connaissaient le Moulestre de l’Aubre, non localisé, le Moulestre d’Erbe Blanque, au vallon des Neuf-Riaux, et le Moulestre de Perrin, au quartier de Serre-Long.

• Elisabeth Sauze, archiviste paléographe


LE COIN DES NATURALISTES

La plante du mois : l'Asphodèle (asphodelus sp)

Si, alors que vous vous promenez sur quelque sentier escarpé des maures, une forte odeur de ″pipi de chat″ vient vous chatouiller les narines, c’est que vous n’êtes certainement pas loin d’un asphodèle. Pourtant cette plante vivace de la famille des liliacées (tulipe, lys…) sait se couvrir de belles fleurs. Lorsque Paracelse a dit que chaque étoile dans le ciel était une fleur sur la terre il devait sûrement avoir croisé le firmament offert par les hampes florales en grappes (fleurissant du bas vers le haut) des inflorescences d’asphodèles lorsqu’elles sont regroupées par dizaines. Les fleurs sont composées de six tépales, trois pétales blancs striés et trois sépales identiques, ressemblant à des étoiles dans l’infinie verdure de la forêt. Dès le mois de mai et jusque parfois en juillet se dressent les tiges fleuries sur 1 mètre de haut et parfois plus au centre d’une rosette de feuilles basales, étroites et linéaires, ressemblant à un gros poireau.


Asphodèle
Illustration: Fabien Tamboloni

 

Dans l’Antiquité, elle était liée à la mort et à la résurrection, Homère décrivit les "champs Elyséens" couverts d’asphodèles où résidait l’âme des morts. Plus tard cette plante a été attribuée à St Christophe, saint patron des voyageurs arpentant les sentiers à pied (à l’époque !) jonchés des fleurs du saint.

La racine tubéreuse riche en amidon était mangée en période de disette et, dans les périodes plus fastes, elle était séchée, diluée et chauffée, créant ainsi une colle pour les relieurs et les cordonniers.  On utilisait également la racine fraîche pour soigner les plaies et éloigner les moustiques… c’est surtout sa cousine, la belle de onze heures aussi appelée ornithogale, qui est utilisée dans les élixirs floraux du docteur Bach pour se soigner des chagrins et de la peine. Hé oui,  rien de tel qu’une bonne balade le long de ces belles liliacées blanches pour se sentir mieux !

• Fabien Tamboloni, naturaliste

                                            
                                    Ornithogale
                                             Illustration: Fabien Tamboloni

Pour tout connaître sur les vertus des plantes

Rendez-vous samedi 22 mai à 10h00 au Conservatoire du Patrimoine pour la  balade nature la forêt aux petits soins
Inscription obligatoire


A VENIR

> Exposition : élevage de vers à soie
Pour la dixième année, le Conservatoire du Patrimoine accueille une nouvelle génération de vers à soie. L'élevage servira de support à des animations pédagogiques pour les groupes d'enfants et sera ouvert au grand public aux heures d'ouverture du musée.
Du 5 mai au 10 juillet - du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h30 à 17h30 - Conservatoire du Patrimoine à la Garde-Freinet - Entrée libre


> Conférence  Forum Voconii : la fouille d'une nécropole romaine

de Frédéric Martos, archéologue au Service Départemental de l'Archéologie, organisée par l'ASER

samedi 8 mai, 17h - chapelle St Michel à Méounes-lès-Montrieux - Entrée libre

> Sortie à Porquerolles
Le Conservatoire du Patrimoine organise pour ses adhérents, une sortie au Conservatoire Botanique de Porquerolles. Rencontre avec Jean-Paul ROGER, responsable des plantations. Au programme: visite des collections variétales, découverte de plantes rares méditerranéennes, présentation du cycle et de la gestion de l'eau, quelques magnifiques panoramas...
samedi 8 mai - Complet
Une autre sortie "spécial adhérent" sera organisée à l'automne sur le site médiéval référent de Rougiers.
Renseignements auprès du Conservatoire du patrimoine : 04 94 43 08 57


> Stage pierre sèche organisés par l'ARP (Apprentissage Rencontre et Patrimoine)

Le week-end du 8-9 mai et les samedis 15, 22 et 29 mai - la Tourraque à Ramatuelle
+ d'infos

> Conférence Les mariés de Napoléon (1810) , soldats de l'Empire, dans le Var
de Hervé Bourdais, chef de projet, organisée par la Société d'Etudes Scientifiques et Archéologiques de Draguignan et du Var.
mercredi 12 mai à 18h - siège de la société
, 21 allées d'Azémar à Draguignan. Renseignements au 04 94 68 38 32

> Fête du vin au domaine de la Tourraque
Visite de la cave - Dégustation et vente de vins - Balade dans les vignes et le maquis, à la découverte du bâti rural - Démonstration de pierre sèche - Possibilité de concevoir son pique-nique sur place.
samedi 15 mai - ferme viticole de la Tourraque à Ramatuelle. Renseignements au
04 94 79 25 95

>
Nuit des Musées : Pagnol au musée des ATP de Grimaud 
A l’occasion de la nuit des musées, la pièce Jofroi de Marcel Pagnol sera jouée par les acteurs de l’association Procenium dans les salles du musée.
samedi 15 mai à 19h
musée des ATP de Grimaud
Places limitées, réservation conseillée. (office de tourisme : 04 94 55 43 83 ou musée : 04 94 43 39 29)

> Festival du Freinet, le festival de la forêt
Cette 2ème édition qui a pour thème "la forêt, c'est la vie" proposera pendant le week-end de la Pentecôte : balades, ateliers, cafés philo, projections de films, conférences, débats, concerts, expos, rencontres-dégustations en musique... Il y en aura pour tous les goûts et pour tous les âges à la Garde-Freinet.
samedi 22 - dimanche 23 - lundi 24 mai à la Garde-Freinet
+ d'info

> Démonstration du travail du bois et du menuisier
Dans le cadre de l’exposition sur la Forêt des Maures, menuiserie et meubles anciens
samedi 22 mai à partir de 15h - musée des ATP de Grimaud - Entrée libre.
Renseignements : 04 94 55 43 83 ou 04 94 43 39 29.


> Conférence
 les bateaux de tradition en Provence au XIXème et début du XXème siècle
de Laurent Pavlidis, tropézien et historien
vendredi 28 mai - St Tropez

> Exposition « Les ports de Saint-Tropez, interfaces entre terre et mer »
L’association Patrimoine Tropézien vous propose de découvrir l’histoire des ports de Saint-Tropez. En effet, depuis l’antiquité, ce territoire connaît plusieurs ports : le Vieux Port et le Nouveau, la Pointe, la baie des Cannebiers et le Pilon. Cette exposition retrace l’histoire de ces espaces depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. L’évolution de ces aménagements portuaires (les quais, la jetée…), les différents acteurs qui fréquentent ces lieux (douane, pêcheurs, capitaine de port, construction navale…) ainsi que les grands événements qui ont marqués ces espaces. Les activités comme le commerce ou la construction navale (Saint-Tropez a été l’un des premiers ports de construction navale de Méditerranée Française) et les incidences sur la physionomie de l’espace ces lieux. Plans, cartes, maquettes et animation 3D vous feront entrer dans l’histoire de ces lieux.
Du 1er au 15 mai - Salle Jean Despas à Saint-Tropez 10h-12h et 15h-19h. Entrée libre

INSCRIPTION A LA LETTRE D'INFO

Nom :
Prénom :
Email :
Je souhaite