Lettre d'info
- Juin -

 

En Jun gardo ti encaro de canta,
Espèro que Juliet sièché arriba. 

En Juin garde-toi encore de chanter
Attends que Juillet soit arrivé.

(Traduction : Paul Preire)


QUE S'EST-IL PASSE EN MAI?

Elevage de vers à soie

Depuis 2001, le Conservatoire du Patrimoine présente dans ses murs un élevage de vers à soie. Pour s'en occuper, il accueille cette année le stagiaire Rémy Marcos qui élabore un CD-Rom sur l'histoire et le cycle de la chenille. Futur animateur nature, il assure également les ateliers pour les enfants des écoles et des centres de loisirs.

Dans la lettre mensuelle d'avril, nous présentions le travail de la coupe et du fendage des cannes de provence, destinées à la réalisation de cannisses.

Ci-contre, le résultat obtenu par une vannière amatrice, Claudine Manhes, institutrice retraitée du Plan de la Tour.
Les recherches sont en cours pour afiner les techniques de fabrication dans le respect de la tradition et pour pouvoir présenter des démonstrations l'année prochaine.

Trois cannisses ont ainsi été fabriqués et serviront pour l'encabanage des vers à soie, une fois prêts à tisser leur cocons. Ils sont visibles au musée, du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h30 à 17h30.
 




















cannisse réalisé par Claudine Manhes
illustration: Claudine Manhe

détail d'un cannisse


Vie associative - Sortie à Porquerolles

Notre association a décidé d’organiser chaque année pour ses membres deux sorties sur des thèmes qui lui sont chers. Ainsi, pour la première, le samedi 8 mai, avec une vingtaine de personnes, nous avons embarqué à Giens pour une journée de découverte sur l’île de Porquerolles. Nous avions un guide de choix en la personne de Jean-Paul ROGER, responsable des plantations au Conservatoire botanique national méditerranéen.


photo de groupe des participants à la sortie
illustration: J.F.Carle

L’après-midi fut davantage consacrée à la découverte des plantations du Conservatoire, avec les vergers de figuiers, mûriers et oliviers et la gestion de l’eau, réutilisée à partir d’un système de filtrage à lagunes.

Nous remercions vivement Jean Paul ROGER, pour sa passion et le temps qu’il nous a consacré. Nous vous donnons rendez-vous à l’automne pour la visite du village fortifié de Rougiers. Avis aux amateurs !

.Laurent BOUDINOT


J.P. Roger expliquant les caractéristiques d'un figuier
illustration: J.F.Carle


Il nous a donc guidé  à travers cette île qu’il connait parfaitement et nous a montré certains travaux que conduit le Parc National, en particulier la réhabilitation des dunes littorales. Tout en déambulant le long des sentiers qui nous ont menés vers des lieux privilégiés tels que la calanque de l’oustaou de Diou et la calanque de Bregançonnet, nous avons profité de ses connaissances botaniques pour découvrir la flore locale. Nous avons ensuite pu suivre une visite privée du Fort Sainte-Agathe, avant de pique-niquer à coté du moulin du Bonheur.


Calanque de Bregançonnet
illustration: Lili Marion

Des toilettes sèches pour les enfants du Conservatoire
Comme chaque année, nous organisons des chantiers en partenariat avec les jeunes de l’IME de Sylvabelle de la Croix-Valmer. Nous travaillons régulièrement avec les jardiniers, les maçons. En 2010, nous avons lancé un nouveau projet avec les menuisiers : la fabrication de toilettes sèches pour les enfants que nous recevons en animation.


montage de l'armature des toilettes sèches

En effet, après plusieurs séances, jeudi 27 mai, les jeunes, encadrés par Michel MANHES, leur éducateur, ont installé le cadre de bois des futures toilettes. Au fil des séances, elles recevront le bardage de bois tout autour, un plancher surélevé, une toiture, ainsi que son équipement intérieur, qui  fonctionnera à l’aide de copeaux de bois.

Elles devraient pouvoir être inaugurées au début du mois de juillet prochain. A suivre…
.texte et illustrations : Laurent BOUDINOT

LE COIN DES TOPONYMISTES

L'origine des noms : le relief (1ère partie)

On ne s’étonnera pas de trouver, dans une région aussi montueuse que la nôtre, de nombreux toponymes consacrés à la description des reliefs.

Rarement utilisé dans le parler local, le provençal mont = mont n’a donné naissance à aucun nom de lieu dans le territoire de la Garde-Freinet – dans le reste du Freinet, il n’a produit que deux toponymes, Montgros (attesté depuis 1676) et Montjean (depuis 1808) à la Môle. Quant au mot mountagno = montagne, il n’a servi localement que pour désigner les alpages de haute montagne, où l’on envoyait les troupeaux durant l’été, ou pour traduire en français les termes colo et serre couramment employés.

Colo (prononcé coualo) = colline se rencontre partout. A la Garde-Freinet, il a donné la Colle (1715, à l’est de Serre-Long), Colle-Dure (1715, sur la limite du Plan-de-la-Tour, avec l’adjectif duro = rude, à la fois aride et escarpée), la Coulle d’Avignon (1613, conservé dans l’appellation actuelle du col de Vignon, avec un second terme qui perpétue le souvenir de l’ancien oppidum, homonyme de la ville d’Avignon, perché sur le sommet de San-Peyre, au Plan-de-la-Tour, et signalé depuis le milieu du XIe siècle), la Colle du Loup (1715, près de Camp-Long).

Le provençal Serre désigne, comme l’espagnol sierra, une hauteur allongée. L’adjectif ajouté au toponyme Serre-Long (1613) est donc redondant. Les Gardois d’autrefois connaissaient aussi le Serre de la Bonbarde ou des Bonbardes (1715, entre Camp-Vif et les Sinières, avec le nom ou surnom d’un propriétaire), le Serre de l’Agrutier (1715, sur la limite du Plan-de-la-Tour, avec agrutié, agrioutié = cerisier sauvage), le Serre de Marquet (1815, au Nord de Lautourière, avec un nom de personne), le Serre du Loup (1715, près de Camp-Long). Ils avaient même créé le diminutif serrentoun pour désigner une petite hauteur au-dessus du quartier de l’Oratoire, le Serrenton de l’Oratoire (1715).

.Elisabeth SAUZE, archiviste paléographe


LE COIN DES NATURALISTES

L'insecte du mois : l'ascalaphe soufré

Jaune et noir parmi les herbes

Dans les herbes folles des prairies petites ou grandes, vous ne pouvez pas le manquer ! Un vol ondulant, maladroit, du jaune soufre et du noir. Il se pose sur une tige, disparait à nos yeux puis réapparait très vite quand il écarte ses ailes. Un papillon ? Non. Une libellule ? Non. Ses longues antennes terminées par un petit bouton, ses ailes en toit au repos sont révélateurs. Il s’agit de l’ascalaphe soufré. Un insecte (il a 6 pattes) de l’ordre des Névroptères (ailes membraneuses) proche des fourmilions. Son nom scientifique : Libelloides coccajus. Anciennement nommé Ascalaphus (d’où le nom français d’ascalaphe), cette dénomination est désormais réservée aux espèces américaines.


Illustations : Raoul Fonquergne



L’espèce, en France, se trouve des Pyrénées aux Alpes en dessous de 800 à 900 m d’altitude. Elle peut être localement abondante, c’est le cas dans les Maures. En vol, jaune et noir, c’est l’adulte. La larve, elle, est terrestre et cherche ses proies parmi les herbes. L’adulte est très photogénique. Posé, ailes en toit, il a l’habitude de contourner la tige au fur et à mesure que vous tentez d’approcher votre objectif si bien qu’il n’est pas toujours aisé de le photographier de derrière. Posé, ailes écartées, en matinée, il réagit beaucoup moins et là c’est la photo parfaite !

.Denis HUIN, naturaliste, ornithologue

A VENIR

Conférence sur la vipère d'Orsini
de Philippe Orsini et Ludovic Charrier. Portrait d'une espèce très importante de la biodiversité régionale et varoise.
samedi 5 juin à 18h - Maison de la Nature des Quatre Frères au Beausset - entrée libre
 
Balade archéologique : la villa gallo-romaine de Pardigon
avec anne-Marie Ledoux, archéologue, animatrice au Conservatoire du Patrimoine.
Le Conservatoire vous fait découvrir une partie du patrimoine archéologique des Maures. Cette année, c'est tout un programme...
Ce mois-ci, il ouvre une fenêtre sur le site de Pardigon. Ce vaste amphithéâtre reliant le massif des Maures à la mer, s'étend sur 90 hectares et constitue un espace naturel remarquable de notre littoral.
samedi 12 juin à 10h - Renseignements et inscription au Conservatoire du Patrimoine
Conférence Le Ver à Soie, cet insecte qui a changé le Monde !
de Bernard Mauchamp, INRA Rhône-Alpes.
Un certain nombre d’animaux ont joué un rôle moteur dans la progression de notre société. Le ver à soie est l’un de ceux-ci...
mercredi 16 juin à 18h - Maison des associations à la Garde-Freinet

Stage pierre sèche
2 week-end : 5-6 juin et 20-21 juin sur la colline de Miremer (La Garde-Freinet) - 90€ les 2 jours-
renseignements et inscription au Conservatoire du Patrimoine

Autre stage pierre sèche par l'association ARP (Apprentissage Rencontre et Patrimoine)

samedi 12 juin
- la Tourraque à Ramatuelle - renseignements au 06.25.80.13.03.

Projection d'images d'insectes
"Bouts de vie" d'insectes et autres arthropodes filmés en HD et macro
samedi 19 juin à 18h - Maison de la Nature des Quatre Frères au Beausset - entrée libre

Chantier bénévole aux ruines de Canjuers
Il s'agit pendant ce week-end, de monter un mur de séparation d'une cave, en mortier de chaux. Aujourd'hui, ces ruines accueillent différentes familles de chauves souris protégées.
week-end du 26-27 juin à Canjuers - renseignements au 06.25.80.13.03.

.Document réalisé par Céline Pain, chargée de communication du Conservatoire du Patrimoine

INSCRIPTION A LA LETTRE D'INFO

Nom :
Prénom :
Email :
Je souhaite