Lettre d'infos
juillet-août 2012

 

Que s'est-il passé en juin ?


Inauguration du rucher de Blay


Discours du Maire



Le maire de la commune, Jean-Jacques Courchet, a inauguré jeudi 28 juin la remise en état d'un rucher daté du XVIIe siècle, appelé « l’apier de Blay », en présence de l’ensemble des acteurs qui ont contribué à l’aboutissement  de ce projet initié en 2010 (voir article ci-dessous).


Il a congratulé tous les protagonistes, s’est félicité de l’existence d’un nouveau site patrimonial à découvrir et de l’efficacité du Service Patrimoine de la commune.


La restauration d'un rucher du XVIIe siècle : historique

Une étude récente a montré que sous l’Ancien Régime, l’apiculture occupait une place importante à la Garde-Freinet, comme dans d’autres communes des Maures probablement.

Au XVIIe siècle, on compte près de 100 ruchers (apier, en provençal) répartis sur le territoire de la commune. Parmi ces ruchers, certains ont été protégés par un enclos en pierre sèche. L’apier muraillade du sieur Blay en est un des rares exemples retrouvés.
 


Le rucher de Blay après restauration de l'enclos


En 2008, ce rucher a été nettoyé, étudié (voir le n°9 de la revue du Freinet – Pays des Maures). Un projet de réhabilitation a été initié en 2010.
L'ouverture d'un sentier de randonnée


Une première opération a été conduite en juillet 2010 avec une équipe de 12 jeunes pionnières venues de Belgique. Elles ont ouvert un sentier qui contourne le barrage de Vanadal par l’ouest, permettant ainsi d’accéder au rucher et rejoindre le chemin des Neuf Riaux où se trouvent les vestiges du moulin à eau de Blanche (voir lettre d'infos septembre 2010).
 

 


Les jeunes scouts belges à l'oeuvre sur le chantier

La restauration du rucher

Le chantier de valorisation du rucher s’est déroulé du mois de septembre 2010 au mois de juin 2012, en partenariat avec les jeunes de l’atelier bâtiment de l’IME (Institut Médico-Educatif) de Sylvabelle, de la Croix-Valmer et par des bénévoles, amateurs de vieilles pierres.
Les travaux ont concerné :

 

L’enclos
Reprise des pierres de chant et complément sur les murs supérieurs et sud-ouest.
Restauration du mur sud-est, pose de pierres de chants et réparation des piédroits de l’entrée.
Légère reprise du mur de soutènement inférieur.

 

Les rangées de dalles
Reprise des alignements de dalles : mise à niveau et complément des manques.
6 dalles ont été ajoutées sur la terrasse inférieure.

 


 


Les jeunes de l'atelier menuiserie de l'IME de Sylvabelle et leur éducateur

La pose de panneaux directionnels

La signalétique a été réalisée et posée par l’atelier menuiserie de l’IME de Sylvabelle. Une dizaine de panneaux a été installée depuis le village (quartier Saint-Joseph) jusqu'à la RD 558, qui sont les deux accès possibles.

 

 

La fabrication des ruches en liège

Pour l’ouverture du rucher au public, 25 bruscs (ruches en provençal) ont été fabriqués par les jeunes de Sylvabelle et installés dans le rucher.

Avant l’apparition des ruches à cadres mobiles au XIXe siècle, l’apiculture dans le massif des Maures et sa périphérie, se pratiquait dans des ruches fabriquées avec une matière première locale abondante : le liège.

Elles présentaient les avantages d’être légères, isothermes, imputrescibles et imperméables.
 

Cependant, ces ruches avaient une capacité réduite, qui entrainait de nombreux essaimages. Les productions étaient bien inférieures que dans les ruches modernes. Ces élevages traditionnels, souvent destructeurs des colonies, servaient à produire du miel mais aussi de la cire, utilisée pour l’éclairage.


Les jeunes de l'atelier  bâtiment de l'IME de Sylvabelle et leur éducateur, parmi les ruches en liège


Le rucher après la pose des bruscs
 

Des essaims du Conservatoire de l'abeille noire de Porquerolles

Six ruches ont été peuplées par des essaims provenant du Conservatoire de l’abeille noire de Provence, situé sur l’île de Porquerolles.

Ces essaims sont constitués d'environ 15 000 abeilles.
Les reines sélectionnées sont de la race de l'abeille noire de Provence. Elles ont été implantées dans les 6 ruches.
 

L'apiculteur insère dans la ruche un peu de cire et un bloc de candi (mélange de sucre, d'eau et de miel) pour les futures habitantes et y intègre la reine

 

Peuplement d'une ruche

 

Les protagonistes de ce projet

Le Service Patrimoine de la commune de La Garde-Freinet
Les jeunes des ateliers bâtiment et menuiserie et leurs éducateurs, de l'IME de Sylvabelle de La Croix-Valmer
Les bénévoles du Conservatoire du Patrimoine
Le Conservatoire de l'abeille noire de Provence
Les pionnières de la 22e St-Exupéry à Charleroi (Belgique)
 

Comment s'y rendre?

En partant du village (45 minutes de marche jusqu'au rucher) :

Du parking St Joseph (aire de battage), descendez le chemin St Joseph jusqu'au barrage. Au pylone électrique au-dessus du barrage, tournez à gauche et engagez-vous dans le vallon de Vanadal. Après quelques dizaines de mètres, vous aurez une très belle première vue sur le rucher, sur la rive d'en face. Traversez le cours d'eau puis prenez le sentier sur la droite et remontez vers la crête pour retrouver le rucher.
Une fois sur place, attention aux abeilles: ne pas entrer dans l'enclos!

De la D558 en direction du Luc :
3,6 km après la Garde-Freinet, descendez la piste à gauche sur 300m en direction du moulin de Blanche. Du Parking, marchez 15 minutes jusqu'au rucher en suivant la signalétique en place.

Profitez de cette balade pour aller jusqu'au moulin de Blanche qui a lui aussi, fait l'objet de restaurations entre 2001 et 2004.
 


 

A vos agendas !

 

Le Conservatoire du Patrimoine organise ...

Exposition Liège et bouchons
Présentation de l'activité bouchonnière dans le massif des Maures: les ressources forestières, les étapes de transformation de la matière première et les différents produits obtenus vous sont présentés. Des objets usuels complètent l'aperçu sur les utilisations de cette matière.

Cette exposition est associée à des démonstrations d'écorçage de liège (voir dates ci-dessous)

> du 13 juillet au 29 septembre - entrée libre




















 

Balades homme et forêt

Le levage du liège
> 3, 12, 18 et 28/07 à 10h

Le verger de Miremer
> 2/08 à 14h

Balades équestres

A cheval dans les Maures
, sortie crépusculaire
> 19/07 et 9/08 à 18h30


 

   
Animations familles
Le monde fascinant des petites bêtes
> 11, 25/07, 8 et 22/08 à 16h

Peinture nature
> 26/07 et 23/08 à 16h

Au rythme de la nature
> 18/07 à 16h30

L'atelier du fabricant de couleurs
> 10, 24/07 et 7/08 à 16h

Le Pape des escargots
> 12/07 et 14/08 à 16h30
Balade patrimoine

Le fort Freinet
> 20/07 et 20/08 à 9h30

L
e dolmen de la baie de Briande
> 7/07 à 9h30

Villa gallo-romaine de Pardigon
> 11/08 à 9h30

Découverte de la Garde-Freinet - GRATUIT
> tous les vendredis de juillet et août
 

               


Renseignements et réservations au 04 94 43 08 57


dans le Var et le reste des Maures ...

Balades nature commentées au Domaine du Rayol
Balade nocturne

Une balade d’été aux heures les plus agréables de cette saison chaude, pour observer ce que la nature nous cache le jour. Profitez des soirs de pleine lune pour découvrir, au Domaine du Rayol, les sons et les parfums de fin de journée ainsi que les plantes d’ici ou d’ailleurs vivant la nuit : floraisons, pollinisation et parfums de l’ombre.
> vendredis 6 juillet et 3 août à 20h30 et 31 août à 20h

Les petites bêtes de nos jardins

Une balade au Domaine du Rayol, à la découverte du peuple étonnant et méconnu des petites bêtes du jardin : insectes, araignées et autres… Par la capture, l’observation et la recherche de traces, découvrez leur rôle essentiel mais aussi leurs vies pleines de péripéties. Filets et boîtes-loupes seront fournis ainsi qu’un feuillet-mémoire.
> vendredis 13 juillet et 10 août à 14h

Le sentier du maquis: flore et paysage du bord de mer

Partez à la découverte du patrimoine naturel et bâti de la Corniche des Maures au Domaine du Rayol par un chemin qui longe la mer… Une initiation au paysage, à la flore et à la faune du maquis et aux usages locaux de ce patrimoine.
> vendredis 27 juillet et 24 août à 14h

Inscriptions et renseignements au 04 98 04 44 00

Exposition et conférence
Traits de côte, arpents de mer
Présentée par l'association MALTAE (Mémoire à Lire, Territoire à Ecouter)
Cette exposition, issue de l’expérimentation de Gestion Intégrée des Zones Côtières du littoral des Maures, propose un regard différent sur cette mosaïque qu’est la côte varoise, à travers les photographies de Jean BELVISI : terre vue de la mer, visages et visions de la vie quotidienne… Des images qui nous font prendre conscience que nous sommes tous acteurs de ces liens entre territoires.
> jusqu'au 1er août au Domaine du Rayol
 

Dans le cadre de cette exposition, Odile JACQUEMIN, architecte-urbaniste à l’initiative de l’exposition, tiendra une conférence
> samedi 21 juillet à 17h
au Domaine du Rayol


Domaine du Rayol


Domaine du Rayol








Jean BELVISI

Le coin des naturalistes

La cigale

La cigale ayant chanté tout l’été …


C’est par ces mots que Jean de la Fontaine commençait sa fable et par là, donnait une fausse image de la cigale. Image qui perdure dans les esprits encore aujourd’hui …

Réhabilitons notre cigale qui n’est ni une fainéante, ni une inconséquente et qui cache, à nos yeux d’humains, la plus grande partie de sa vie.


Tout d’abord, une précision essentielle : les cigales sont largement répandues dans le monde et bien loin, parfois des rivages de la Méditerranée. Pour rester en France : une espèce de cigale, peu sonore certes mais bien cigale tout de même, se trouve en Picardie. Mais les cigales les plus caractéristiques, celles qui font crii crii, sont bien de chez nous, des Maures comme de l’ensemble des départements Méditerranéens.
 

Des cigales, il en existe beaucoup. Les plus communes dans les Maures sont :

-
La cigale commune appelée aussi grande cigale ou encore cigale plébeienne ou même chanteuse du peuple. La plus grosse avec une taille d’environ 50 mm, ailes comprises.
- La cigale de l’orne appelée aussi cigale grise. Une cigale de taille moyenne. L’orne est un frêne mais cette cigale, par chez nous, est inféodée aux pins et aux oliviers.
- La cigale
noire. Une petite cigale.
 

Il en existe aussi de très rares comme cette cigale cotonneuse découverte il y quelques années dans une friche de Gigaro à la Croix-Valmer.


Cigale sortant de son exuvie

Nos cigales passent 3 à 4 ans dans le sol, sous la forme de larve. Des larves trapues et munies de pattes adaptées à creuser. Elles se nourrissent de la sève tirée des racines des arbres. A la fin de leur développement larvaire, quand le sol atteint une température de 21°c pendant au moins 3 jours, elles émergent, muent et deviennent des adultes munies d’ailes et sexuellement différenciés. Elles sortent alors de leur exuvie (cf photo ci-contre). Seuls les mâles, pourvus de cymbales, des membranes placées sous l’abdomen et qui vibrent, chanteront dans le but d’attirer les femelles. C’est vers 22 ou 25°C que les mâles chantent. La sonorité et le rythme de la cymbalisation sont propres à chaque espèce. Les adultes n’ont que 2 à 4 semaines pour se retrouver, s’accoupler et pondre.

 

Ainsi, le chant de la cigale tout l’été est le fait d’une succession de mâles chanteurs, qui sortent de terre pour mourir peu après, mais après s’être accouplés. Nul besoin pour eux d’aller quémander à la fourmi travailleuse une quelconque pitance pour passer l’hiver … ils ne passent pas l’hiver de toute façon …

.
Denis HUIN : guide naturaliste

 

Le coin radiophonique

Le liège des Maures, liège à tout faire

Nous vous proposons d'écouter l'émission "Terres et Hommes de Provence" (RCF Méditerranée).
Ce mois-ci, le liège des Maures, liège à tout faire.

D'où vient le liège? Quelles sont les caractéristiques de cette matière? Comment expliquer la présence du chêne liège dans le massif des Maures? et l'industrie bouchonnière dans le Var? A-t-on utilisé le liège à d'autres fins que la bouchonnerie?
Autant de questions auxquelles répond Bernard Romagnan, attaché de conservation au SIVU Golfe de Saint Tropez/Pays des Maures. 

Ecouter l'émission (durée: 11'11)


. Document réalisé par Céline Pain, chargée de communication du Conservatoire du Patrimoine

INSCRIPTION A LA LETTRE D'INFO

Nom :
Prénom :
Email :
Je souhaite