Si ce message ne s'affiche pas correctement, vous pouvez visualiser la version en ligne.
logo Conservatoire du patrimoine

Lettre d'infos
du
Conservatoire du Patrimoine
Juillet-Août 2017

  Retour à l'accueil

Haïku du mois

Claudine MANHES


La marjolaine

Marjolaine jolie
Chanson venant de l'enfance


Et philtre d'amour


 © C. MANHES

Que s'est-il passé en juin?

 
Le papillon.
Les papillons de notre élevage sont enfin sortis de leurs cocons !


Après avoir passé une dizaine de jours cachés dans leur cocon sous forme de chrysalide, les vers à soie sont arrivés à la dernière étape de leur vie : le papillon.


Domestiqués depuis longtemps, les papillons ne volent pas : ils sont trop lourds pour leurs petites ailes.
Ils ne se nourrissent pas, ne boivent pas.
La femelle (à gauche) et le mâle (à droite) pendant l'accouplement.  
 
Dès leur sortie, mâles et femelles s'accouplent pendant plusieurs heures.

La femelle est de plus grosse taille que le mâle et son abdomen est plus volumineux car il est rempli d'œufs, prêts à être fécondés. Elle va en pondre entre 400 et 600.

Le mâle est plus petit avec des ailes qu'il agite continuellement, des antennes très développées qui lui permettent de déceler l'odeur émise par la femelle (une phéromone) et favoriser ainsi l'accouplement.
Un papillon sur des oeufs fécondés. Trois jours après la fécondation, la femelle pond les œufs, appellés aussi « graines ». Ces derniers sont entièrement développés quand la femelle est au stade de la chrysalide et ils sont prêts à être émis en une ponte unique et abondante. Les œufs non fécondés restent clairs. En revanche, les œufs fécondés vont se teindre d'une couleur grisâtre.

Ces graines de vers à soie seront en sommeil jusqu'au printemps prochain, lorsque les mûriers auront de nouvelles feuilles.


Rendez-vous donc en avril 2018 pour l'élevage suivant!
 
 
 
Comme pour la plupart des ruchers, celui de Blay n’a pas échappé à la terrible année 2016 qui a frappé l’apiculture. Sur 5 des 6 ruches-troncs en liège (bruscs) que nous avions encore l'année dernière, 4 ont péri entre septembre 2016 et février 2017. Il est vrai aussi que nous avons décidé de traiter et de nourrir les colonies le moins possible, pour tenter d’être le plus proche d’un modèle traditionnel d’élevage.

Pour ne pas laisser qu’un seul brusc, dimanche 11 juin, vers 23h00, nous avons transporté 2 bruscs supplémentaires dans des sacs en toile de jute jusqu’au rucher de Blay, comme en 2015 (voir lettre et vidéo de juillet-août 2015). Les colonies sont issues d’essaims naturels récupérés au mois d’avril par l’apiculteur qui assure le suivi annuel du rucher, Dimitri Chatelle, avec lequel nous allons continuer nos visites régulières pour peser chaque ruche et évaluer la vitalité et l’état sanitaire des essaims.

Nous espérons pouvoir augmenter le cheptel l’an prochain, afin d’avoir un échantillon plus significatif. En attendant, l’apier de Blay continue d’être peuplé. Vous pouvez aller vous y promener, il est situé à environ 30 minutes au nord du village (voir sur carte).

Laurent BOUDINOT 

Les bruscs ont été mis dans des grands sacs en toile de jute pour leur transport jusqu’au rucher. © Conservatoire
    
Vidéos : la visite d’inspection du mardi 13 juin
 
 
Les Journées techniques du liège se sont déroulées cette année à La Garde-Freinet. Les organisateurs - le syndicat mixte du massif des Maures et la communauté de communes du golfe de Saint-Tropez -ont décidé de proposer deux conférences historiques sur le liège et la bouchonnerie. Ainsi, une quarantaine de personnes - le grand public comme les professionnels du liège - ont pu découvrir dans le cadre accueillant de la chapelle Saint-Jean des aspects méconnus de l’utilisation du liège :

- Bernard Romagnan a montré qu’avant la bouchonnerie qui se développe au cours du XVIIIe siècle, les populations des massifs des Maures et de l’Estérel produisaient notamment des « patins », c’est-à-dire des semelles de liège qu’elles exportaient, par voies maritimes et terrestres, dans toute l’Europe.
Pour aller plus loin, vous pouvez commander dans une librairie locale les articles suivants :
    - ROMAGNAN Bernard, « L’exploitation du liège dans les massifs des Maures et de l’Estérel au cours des périodes médiévale et moderne », Provence historique, T. LXIII, fascicule 251, jan. fév. mars 2013.
    - ROMAGNAN Bernard, « Le liège à tout faire: l’exemple des Maures, le bois l’écorce et la sève, les artisans forestiers et l’identité des terres rurales en Méditerranée », Collection, Le Monde Alpin et Rhodanien, 2012, p. 77-93.)

- Laurie Strobant s’est penchée sur la présence des étrangers au sein des bouchonneries varoises au tournant du XXe siècle. L’intervenante a par exemple identifié, au sein du personnel employé dans les fabriques, des origines géographiques spécifiques, comme la Sardaigne ou le nord-est de l’Espagne, pouvant correspondre à des degrés de qualification et certains savoir-faire recherchés dans les bouchonneries à cette époque.
Laurent BOUDINOT 
 Bernard ROMAGNAN. © L. BOUDINOT Laurie Strobant. © L. BOUDINOT
 

Animation « Les petits peuples de la forêt », une nouveauté de cette année scolaire.
  Comme à l'accoutumée, nous dressons le bilan de l'année scolaire qui s'achève.

Entre septembre et juin, nous avons réalisé plus de 330 animations avec des écoles et centres de loisirs de tout le département du Var, soit 8650 enfants.


Cette année encore, des nombreuses animations ont été transposées dans les établissements ou à proximité. Cela permet de limiter les coûts et les temps de transport, mais aussi de découvrir et de se réapproprier son environnement proche.

Nous avons renouvelé notre participation au programme de sensibilisation à l'environnement financé par la Communauté de Communes Cœur du Var. Dix-neuf classes maternelles et élémentaires ont bénéficié d'une animation au départ de leur école sur les thèmes du land art, des arbres et des traces des animaux.

Place désormais aux centres de loisirs de l'été, pendant que nous préparons le prochain guide des activités jeune public !
 
Les Journées nationales de l’archéologie (JNA) se sont déroulées du vendredi 16 au dimanche 18 juin 2017. Sur tout le territoire, 1567 animations ont été organisées dans 660 lieux.

Parmi elles, le vendredi 16 juin, le Conservatoire a proposé une visite guidée gratuite du Fort-Freinet. Une vingtaine de  personnes ont bravé la chaleur pour découvrir l'histoire du château et du village médiéval, entouré d'un fossé entièrement taillé dans le rocher.

Rendez-vous les 15, 16 et 17 juin 2018 pour la prochaine édition des JNA.

À l'année prochaine !
 
Le groupe réuni dans la grande rue. © M. MICHELON

Chronique historique

 
« [Silvère] parlait orgueilleusement des gros poings de ses frères. Il continua, en voyant arriver derrière les bûcherons, une bande d’ouvriers et d’hommes aux barbes rudes, brûlés par le soleil :
– Le contingent de la Palud. C’est le premier bourg qui s’est mis en insurrection. Les hommes en blouse sont des ouvriers qui travaillent les chênes-lièges ; les autres, les hommes aux vestes de velours, doivent être des chasseurs et des charbonniers (…). La colonne, qui venait de recommencer la Marseillaise, descendait toujours, comme fouettée par les souffles âpres du mistral. Aux gens de la Palud avait succédé une autre troupe
d’ouvriers (…). »

C’est ainsi qu’Emile Zola raconte dans le premier tome de sa célèbre saga des Rougon-Macquart, « La fortune des Rougon », le départ des ouvriers bouchonniers et autres corporations depuis le village de La Garde-Freinet pour rejoindre la colonne des insurgés varois opposés au coup d’Etat de Louis Napoléon Bonaparte, le 2 décembre 1851. Pour relater ces faits, il s’inspire d’un témoignage recueilli par Eugène Ténot : « La colonne de la Garde-Freynet avait un aspect redoutable. Elle était formée d’ouvriers en liège, de paysans, bûcherons, charbonniers et chasseurs des forêts des Maures (...). Ils formaient le plus solide noyau de l’insurrection. Avec eux marchait une autre colonne venue de Saint-Tropez, Grimaud, Cogolin, Gassin, etc. (…). »1

Mais pourquoi Zola a-t-il choisi cette insurrection varoise pour en faire le départ de cette grande fresque littéraire de vingt volumes ? Il découvre, en 1868, le témoignage d’Eugène Ténot que conforte l’année suivante celui de Noël Blache2. Il est à la fois subjugué et conquis par cette fabuleuse épopée, dont il décide de s’inspirer pour son œuvre. Il va utiliser ces sources jusqu’au menu détail, mais en se réservant de grandes libertés, notamment en changeant les noms des lieux et des personnages. Il précise à ce sujet : « Je plierai le cadre historique à ma fantaisie, mais tous les faits que je grouperai seront pris dans l’histoire (livres, journaux de l’époque, etc.). Je prendrai à la très curieuse insurrection du Var les détails les plus caractéristiques et je m’en servirai selon les besoins de mon récit3.» Pour rester le plus fidèle possible à cet engagement, il va aller jusqu’à reconstituer par un dessin la marche des insurgés jusqu’à Aups, changeant scrupuleusement le nom des villages4.

En reprenant le texte de Ténot, Zola commence sa transformation littéraire : « Cependant, les colonnes du Luc (= Saint-Martin-de-Vaulx) et de La Garde-Freinet (= La Palud) avaient décidé, après beaucoup d'hésitation et de temps perdu, qu'elles marcheraient sur Draguignan (= Noiron). Elles firent leur jonction à Vidauban (= Alboise), au milieu d'un enthousiasme et aussi d'un désordre extraordinaire. »

Mais là ne s’arrête pas la relation avec La Garde-Freinet. Les insurgés avaient emmené avec eux des otages dont un fut abattu, en pleine bataille et par erreur, suite aux tirs des soldats. Il s’agissait du receveur des postes, Monsieur Panescorce, qui, paniqué, avait quitté la pièce où il était tenu prisonnier pour se précipiter par la fenêtre vers ces derniers. Zola reprend très en détail cette tragédie, en remplaçant le receveur de La Garde-Freinet par Monsieur Peirotte, receveur particulier : « Mais la troupe n’entendait pas, elle tirait toujours. On vit, à un moment, le commandant Sicardot, exaspéré, paraître sur le seuil, parler en agitant les bras. A côté de lui, le receveur particulier, M. Peirotte, montra sa taille mince, son visage effaré. Il y eu encore une décharge. Et M. Peirotte tomba par terre, le nez en avant, comme une masse. »
Dernier détail intéressant, en décembre 1851, officiaient dans le village deux médecins, l’un s’occupait des riches, le second des pauvres. Ce dernier, le docteur Martel, était le gendre de Georges Mathieu, riche industriel bouchonnier et le beau-frère de Jacques Mathieu, qui consacra son temps à défendre les ouvriers avant d’être élu maire puis destitué par le préfet Haussmann5. Martel, en partant avec la colonne, en était devenu le médecin. Zola reprend ce philanthrope sous les traits du docteur Pascal, l’un des personnages centraux des Rougon-Macquart. On le retrouve notamment au moment de la défaite d’Aups et bien sûr dans le vingtième et dernier tome : « Le docteur Pascal ».

C’est ainsi que le village de La Garde-Freinet a participé activement à l’un des événements majeurs de l’histoire du Var, source d’inspiration d’une œuvre majeure de la littérature française. Un destin rendu toutefois anonyme par les changements voulu par son auteur : Emile ZOLA.
Gérard ROCCHIA
Les Rougon-Macquart, à lire ou relire en ligne ou sur papier.
(1) TENOT Eugène, La province en décembre 1851. Etude historique sur le coup d’état, Paris, éditions Le chevalier, 1868.
(2) BLACHE Noël, Histoire de l’insurrection du Var en décembre 1851, Paris, éditions Le chevalier, 1869.
(3) B.N.F., Ms, NAF 10303, f°38.
(4) B.N.F., Ms, NAF 10303, f°2 : La marche des insurgés.
(5) AGULHON Maurice, La République au village, Paris, Seuil, 1979.
     ROCCHIA Gérard, L’histoire oubliée.
     ROCCHIA Gérard, « Jacques Mathieu : De l’idée républicaine à l’émancipation féminine » :
     http://1851.fr/hommes/jacques_mathieu/

Le site internet du mois

 
« Ces hêtres sont magnifiques ! », vous êtes-vous exclamés dans une forêt de... charmes.

Avec cette application, vous pouvez identifier une fleur, un arbuste ou un arbre simplement en les prenant en photo pour qu’ensuite l’application recherche des correspondances dans sa base de données (26 000 images). Les résultats pouvant correspondre vous sont alors proposés, avec un nombre d’étoiles plus élevé si les similitudes sont nombreuses.

Quelques règles à suivre :
- Isoler une partie de la plante et préciser s'il s’agit d’une feuille, d’une fleur, d’un fruit ou d’une écorce.
- L'application ne fonctionne pas pour les plantes ornementales, exotiques ou à usage horticole.
- Bien sûr, avoir du réseau.

Vous pouvez aussi developper l'application en transmettant vos observations grâce au bouton "contribution". Celles-ci seront validées collaborativement.


L'agenda du Conservatoire

 
Du 24 septembre au 7 octobre

L'envie de vivre des vacances originales et utiles dans le sud-est de la France, de passer des moments inoubliables dans une nature exceptionnelle, tout en collaborant bénévolement à la valorisation du patrimoine rural ?

L'objectif est de participer à la valorisation du Conservatoire de figuiers aménagé sur des terrasses en pierre sèche. Des périodes de plusieurs journées de travail physique sur le terrain (pose d'une clôture et rénovation des murs, désherbage), alterneront avec des journées de détente, baignades et visites culturelles de notre région.

Une belle opportunité de participer au développement d'un territoire, d'acquérir un savoir-faire, tout en vivant une expérience humaine enrichissante loin des flux touristiques, dans un magnifique écrin de nature qu'est le massif des Maures… et ce, à deux pas du littoral varois si bien préservé. 

Pour tous renseignements et inscriptions :
Yves JANCLAES au 06 13 74 29 42 ou
lemoulinauxetoiles@yahoo.fr
 
 
Animation famille au Conservatoire du Patrimoine 

Jeudis 3 et 10 août
> 10h
Fabrication d'instruments de musique dans la nature

avec Fabien TAMBOLONI, naturaliste et forestier

[Plus d'infos...]


Animations familles - Le Pape des escargots
Jeudis 1er et 17 août
> 16h
 Le Pape des escargots

avec Fabien TAMBOLONI, Pape des escargots

[Plus d'infos...]
Mercredis 19 et 26 juillet, 9 et 16 août  
> 16h Le fabricant de couleurs

avec Laura MIRANTE, fabricante de couleurs

[Plus d'infos...]
Balade nature au Conservatoire du Patrimoine  
Tous les mercredis de juillet et août - GRATUIT
> 9h30 Découverte de La Garde-Freinet
, avec Laura MIRANTE, animatrice au Conservatoire du Patrimoine
[Plus d'infos...]

Mardis 11 et 25 juillet, 8 et 22 août
> 9h30
Le village médiéval du Fort-Freinet,
avec Laurent BOUDINOT, chargé du patrimoine
[Plus d'infos...]

Jeudis 13 et 20 juillet, 1er et 17 août
> 10h
Le levage du liège, avec Fabien TAMBOLONI, naturaliste et forestier
[Plus d'infos...]

Jeudis 20 juillet et 10 août
> 18h30 A cheval dans les Maures
, avec Le relais équestre de la Mène
[Plus d'infos...]

Mardis 11 et 25 juillet, 8 et 22 août
> 16h Le monde fascinant des petites bêtes
, avec Denis HUIN, naturaliste
[Plus d'infos...]
Visite guidée du village médiéval du Fort-Freinet Le levage du liège A cheval dans les Maures  
Stage et atelier du Conservatoire du Patrimoine  
  Lundis 3 juillet et 7 août
> 14h
Atelier paléographie,
avec Elisabeth SAUZE, archiviste paléographe

Cet atelier vous propose d'apprendre à déchiffrer les écritures et abréviations des textes anciens.

[Plus d'infos...] 
  Mardi 18 juillet et jeudi 10 août
> 10h Atelier vannerie sauvage, avec Cyril Sormani, artisan d'art

Le temps d'une journée, initiez-vous à un art originel, d'une richesse insoupçonnée : la vannerie sauvage.

[Plus d'infos...]

À venir dans les Maures et le reste du Var

visites commentées  
  Juillet - Mardi 4 à 10h30, vendredi 14 à 10h30, dimanche 23 à 18h et jeudi 27 à 18h
>
Les auteurs de la Provence, balade conté


Lectures de textes, poèmes et contes joués dans les ruelles du village. Dans cette balade, le rythme des poèmes et des textes accompagnera le rythme de vos pas. Animé par Martine Le Cam.


À Gassin, départ de la table d'orientation, à l'entrée du village
Plus d'informations auprès de Martine Le Cam au 06 10 64 91 01 
Jeudis 27 juillet et 24 août
> 17h Visite commentée du moulin De Paillas

Elément fort du patrimoine bâti de Ramatuelle, restauré en 2002 à l'identique, le moulin vous ouvre sa porte. L'association "Les Amis des Moulins de Ramatuelle" en assure la visite (gratuite).
Animations, musique provençale et entoilage des ailes seront au rendez-vous !

Le moulin est ouvert tous les samedis et les dimanches de juillet et d'août, de 10h30 à 12h30.

À Ramatuelle, route du Moulin de Paillas
Plus d'informations au 04 98 12 64 00

© OT Ramatuelle 
 © OT Toulon Samedi 22 et 29 juillet
Samedi 5, 12, vendredi 18, samedi 19, 26 août
Samedi 2 et vendredi 8 septembre

> 20h Sous la lune et les étoiles - Sortie nocturne


Une sortie guidée, pour tous les publics, à la tombée de la nuit sur les hauteurs de Toulon. Avant les derniers rougeoiements du soleil, vous allez entamer la balade pour rapidement découvrir le Faron et sa vie en dehors de l’Homme. Après le pique-nique sorti du sac, le retour vers la ville se fera progressivement, éventuellement aidé d’une lampe frontale!

À Toulon, lieu de rendez-vous communiqué à la réservation
Plus d'informations auprès de l'OT de Toulon au
04 94 18 53 00
Tous les mardis de juillet à septembre
> 10h Balade champêtre


Vous decouvrirez un paysage exceptionnel tout en profitant d’une promenade en plein air avec lecture de paysage, découverte de la faune et de la flore du domaine du Val d’Astier et finir sur une note gustative colorée : rouge, rosé, blanc ou jus de raisin !

À Cogolin, lieu de rendez-vous communiqué à la réservation
Plus d'informations auprès de l'OT de Cogolin au 04 94 55 01 10

©
OT Cogolin
Conférences 
Les mercredis de juillet
> 05 juillet à 14h
Des histoires sur la vie sous-marine de Méditerranée
, par Rémy Simide
> 12 juillet à 14h
L’hippocampe, un étrange poisson
, par Philippe Aublanc
> 19 juillet à 14h
Mérous et corbs, emblèmes de Méditerranée,
par Robert Bunet
> 26 juillet à 14h
L’histoire et les technologies de la plongée sous-marine
, par Rémy Simide

À Six-Fours-les-Plages, Île des Embiez, Fort Saint-Pierre
Plus d'informations auprès de l'Institut Océanographique Paul Ricard au 04 94 34 02 49
Samedi 8 juillet
> 17h Le romérage à Notre Dame du Glaive (Cabasse, Var) : travaux récents
, par Ada Acovitsioti-Hameau, Philippe Hameau et Gérard Wagner (ASER du Centre-Var)


À Méounes, salle du conseil municipal de la mairie
Plus d'informations auprès de l'ASER de Centre Var au 04 94 86 39 24
Dimanche 30 juillet - Les nuits des étoiles
> 21h Y a-t-il d'autres terres habitables ?
, par Patrick Michel, Astrophysicien, directeur de recherches au CNRS, observatoire de la Côte d'Azur

À Saint-tropez, cinéma La Renaissance, 13 place des Lices
Plus d'informations auprès du cinéma au 04 94 55 90 54

 
Manifestation 
28, 29 et 30 juillet
> Les nuits des étoiles 2017


Les nuits des étoiles auront lieu cette année les 28, 29 et 30 juillet 2017 sur le thème "Terres habitables".

L’existence des terres habitables fait rêver et interroge sur l’infini variété des habitats naturels. Il n’existe pas de « terres de secours » pour l’Humanité, raison de plus pour changer notre regard sur la Terre et la conserver « habitable ». Pour toutes les espèces vivantes, pour nos enfants et pour le futur de notre espèce.
Mais qu’est-ce qu’une terre habitable ? Quels sont ses paysages et pourquoi il y « fait bon vivre » ? Faut-il de l’eau, de l’air, des volcans et de la chaleur ?

Rechercher un événement près de chez vous  
©THOMAS OBRIEN/CATERS NEWS AGENCY/SIPA
Mardis de juillet et d'août
> 14h30 Diaporamas interactifs


Mardi 11 juillet : Trésors vivants sous la mer.
Mardi 18 juillet : Voyage en biodiversité marine.
Mardi 25 juillet : Secrets marins du littoral des Maures.
Mardi 1er août : Eco attitude, jeu interactif.
Mardi 8 août :
Voyage en biodiversité marine.
Mardi 22 août
: Secrets marins du Littoral.
Mardi 29 août : Eco attitude, jeu interactif.

Cette présentation interactive proposée par l'Observatoire marin permet à l'aide des boîtiers mis à disposition une participation active du public. Nombre de places limitées.

À Cavalaire, auditorium de la Médiathèque, Rue du Port
Plus d'informations au 04 94 01 93 20

 
Expositions
Jusqu'au 31 août
> Raconte-moi Taillat


Proprieté du Conservatoire du littoral, la Maison des Douanes dévoile ses 8 cellules entièrement restaurées en 2011. Centre d’information pour le public, elle accueille actuellement une exposition sur l'histoire du Cap Taillat du Néolithique à l'acquisition du Conservatoire du littoral. Vous découvrirez aussi la nature avec des artistes qui exposent quelques-unes de leurs œuvres.

À Ramatuelle, maison des Douanes
Plus d'informations auprès de l'OT au 04 98 12 64 00

© OT Ramatuelle 
Jusqu'au 2 septembre
> Exposition Archéologique : archéologie subaquatique. Les navires engloutis en Mediterrannée.


L'exposition fait un tour d'horizon des grands découvreurs, des hauts lieux archéologiques sous-marins sur la côte bleue et en Méditerranée. Avec la contribution de M. Joncheray.

À Cavalaire, espace archéologique Municipal, 50 Rond point Saint-Exupéry, Maison de la Mer
Plus d'informations au 04 94 01 92 18
Du 8 juillet au 17 septembre
> L'aqueduc de Fréjus
> Aqueducs anciens du Portugal et d'Espagne


La Ville de Fréjus a initié en 2016 une étude pour l'entretien et la mise en valeur de l'aqueduc de Fréjus, et mettra en oeuvre l'automne prochain des premiers travaux de restauration sur les piles Sainte-Croix (avenue du XVe Corps).

Le service Archéologie et Patrimoine / direction de l'Action culturelle et du Patrimoine profite donc de cette actualité pour mettre à l'honneur cet ouvrage emblématique de la cité romaine, ainsi que les aqueducs anciens du Portugal et d'Espagne photographiés par Pedro Inacio, conservateur du musée de l'eau de Lisbonne.

Cette double exposition est présentée à la fois en plein air place Clemenceau et dans l’Espace Patrimoine, inauguré dans la Tour moderne place Clemenceau.

À Frejus, place Clemenceau et dans l’Espace Patrimoine
Plus d'informations auprès de la direction du patrimoine au 04 94 53 82 4
7

  Document réalisé par Laura MIRANTE, chargée de communication du Conservatoire du Patrimoine
Vous recevez cette newsletter car vous êtes inscrit(e) à la liste de diffusion du Conservatoire du Patrimoine.
Pour vous désabonner, cliquez ici.


Conservatoire du Patrimoine - Chapelle Saint-Jean - 83680 LA GARDE-FREINET
Tél : 04 94 43 08 57 - Mail :
cpatfreinet@orange.fr