Lettre d'info
Septembre

 

Rèndo mau pagado,
Acampo trasto e jargau,
Bord qu'à Sant Miquéu quitaras l'oustau.

Loyer mal payé,
Prépare tes meubles et tes habits,
Parce qu'à la Saint Michel, tu quitteras ton logement.

(Dans les temps passés, lois et conventions voulaient que les termes de location aillent d'une Saint Michel à l'autre)

(Traduction : Paul Preire)


QUE S'EST-IL PASSE CET ETE?

Démontage, montage

Suite à l'élevage de vers à soie, le musée du Conservatoire a vu s'installer dans ses murs l'exposition liège et bouchons le 15 juillet.
A l'honneur : la tourneuse ou machine à rabot qui a permis d'augmenter considérablement la production journalière de bouchons, une belle collection de brusco ou ruches faites en liège et divers objets servant de nombreux domaines tel que la pêche, la mode, la cuisine, la décoration...).
A voir jusqu'au 30 septembre. Entrée libre.

Chantier du patrimoine à la Garde-Freinet

Du 8 au 16 juillet, une équipe de 12 jeunes pionnières est venue de Belgique en séjour à la Garde-Freinet. Ce n’était pas pour des vacances, mais bien pour participer à un chantier de valorisation du patrimoine du village. Encadrées par le Service Patrimoine communal et aidées par des bénévoles du Conservatoire  du Patrimoine, elles ont ouvert un sentier qui contourne le barrage de Vanadal par l’ouest. 

L’objectif de cette création était, d’une part, de proposer un chemin plus sécurisé et plus éloigné de la retenue d’eau que celui qui existe déjà et d’autre part, de permettre l’accès au rucher clos et au moulin à eau dit « de Blanche » qui se trouve en aval du barrage sur le sentier des Neuf-Riaux.

Il nous reste à placer la signalétique directionnelle et poursuivre la réhabilitation du rucher, qui fera l’objet d’un prochain chantier.
 


Munies de pioches et de
sécateurs, elles ont fait preuve
de courage et de ténacité pour
venir à bout de cet ouvrage




Illustrations : Julie LAHYR

Un travail d’équipe

L’équipe des pionnières au moment de la pause au bord du ruisseau

LE COIN DES TOPONYMISTES

Le relief (3ème partie)
 

Qui dit relief dit pentes. Celles-ci sont donc bien représentées dans la toponymie locale.

Le provençal adré = côté d’une montagne exposé au soleil, versant méridional, a été et reste très employé. A la Garde-Freinet, l’Adrech (1613) désigne le coteau entre Saint-Clément et les Seigneurolles, un quartier au sud-ouest du Camp de Bérard (1815) et, sous la forme la Dret (carte IGN), un versant de la colline de l’Audiguier. Outre les adrets de divers quartiers qui ne seront pas énumérés ici, on trouve aussi, caractérisés par un nom de propriétaire, l’Adrech de Guileaume (1715, près du Safranier), l’Adrech de Michaelle (1613, non localisé), l’Adrech dou Gay (1613, non localisé), l’Adrech du Malaut (1715, non localisé).

Le versant ombragé, l’ubac (du latin opacum = sombre), n’est pas en reste : l’Hubac (1815, au sud des Plaines), l’Hubac de la Maurais (1715, au sud de Serre-Long), l’Ubaq du Calanq (1715, dans le quartier de Vaucron), l’Ubaq du Moit (1715, dans le quartier de la Nible), l’Ubaq du Praire (1715, aujourd’hui l’Audiguier, à l’est du hameau des Plaines) ; particulièrement expressif, l’Ubaq de Tranquelaure (1715, dans le vallon des Neuf-Riaux) a été appliqué à un endroit où le vent dominant, le mistral, se fait particulièrement mordant.


Dérivé du mot val, le provençal avalanco ou valancho désignait des pentes très raides, généralement couvertes d’éboulis ; il a servi à dénommer la Valanche (1715, dans le quartier de Gagnal).

De sens très proche, le provençal calanc apparaît dans le nom ci-dessus cité de l’Ubaq du Calanq ; le féminin calanco, avant de se restreindre aux calanques côtières, s’appliquait à toutes sortes de versants prononcés, d’où le nom des Calanques, dans le vallon des Cabrettes au nord de la Moure (1613).


Equivalent du français côte, le provençal costo ne se rencontre jamais dans son acception maritime « rivage, bord de mer », mais souvent dans son acception oronymique, « coteau, rampe, penchant d’un relief » ; c’est ainsi qu’il faut l’entendre dans la Coste du Roure (1613, au dessus de Refren, au sud du village) et les Costes de Roubaut (1715, au quartier de la Queste).

De signification identique, le provençal ribo a donné Le Ribas de la Gourgue (1613, dans le quartier de la Gourgue), dérivé avec le suffixe augmentatif –as.


Ont aussi été utilisés des dérivés du provençal escalo = échelle, escalier, montée, sans doute pour des pentes raides, comme dans le verbe français escalader : les Usqualades (1715, non localisé) et l’Escalladou (1715, versant nord de Colle Dure).

.Elisabeth SAUZE, archiviste, paléographe


LE COIN DES NATURALISTES

 2 plantes de saisons : la germandrée petit chêne et la callune


La germandrée petit chêne
(Teucium chamaedrys – lamiacées)


Comme on emmène notre voiture faire sa révision et sa vidange, il est bon, au changement de saison, de faire un petit nettoyage dans notre moteur. Les anciens le savaient bien et quelques-uns se souviennent que leurs ailleux faisaient, à l’automne, une cure de « petit chêne ». C’est en effet un excellent dépuratif du sang, un draînant de la rate et il peut aussi provoquer les flux menstruels et diminuer l’acné. Il est conseillé de le prendre en tisane (20 g/l); le breuvage est très amère.
Attention, il ne faut pas dépasser 7 jours de prise car il est également hépatotoxique à forte dose. Cela lui a valu d’être interdit à la vente au siècle dernier car il entrait dans la composition de cures d’amaigrissement.
Les gens sensibles du foie s’abstiendront!

 

 

La Callune (Calluna vulgaris – éricacées)
 

Elle est en fleurs depuis la fin du mois d’août. Les feuilles sont en écailles sessiles opposées, ce qui permet de la distinguer des autres bruyères (en verticille). Les fleurs en clochettes roses ou blanches sont fortement mellifères. Prises en décoction (40g/l, réduite à 1/3), elles sont diurétiques et c’est un antiseptique urogénital à prendre dans la cas de cystite, de maladie de la prostate ou de néphrite (reins). En alcoolature elle est utilisée pour les rhumatismes.


.Texte et illustations: Fabien TAMBOLONI, technicien forestier et naturaliste



Ne manquez pas votre rendez-vous :
Balade nature "la forêt aux petits soins" pour en savoir plus sur les vertus médicinales des plantes
samedi 18 septembre à 10h au Conservatoire

 

       
germandrée petit chêne


callune


AGENDA


CE MOIS-CI AU CONSERVATOIRE
> Stage pierre sèche
le week-end du 25-26 septembre sur le site de Miremer à la Garde-Freinet
> un cycle de 5 ateliers argile tous les mercredis à partir du 22 septembre jusqu'au 20 octobre... inscrivez-vous vite!

> Exposition Images d'un jour
Exposition organisée par le Club Photo du Plan de la Tour
du 1er au 15 septembre de 10h à 12h30 et de 16h à 19h30 à l'ancien presbytère du Plan de la Tour
> Sortie découverte de milieux rocheux et ancienne mine de baryte au vallon de la Balquière, entre Vidauban et les Arcs
samedi 18 septembre -  rendez-vous à 10h à l'hyper U des Arcs
Inscription au CEEP au 04 42 20 03 83; précisions techniques auprès de l'organisateur Walter Henneau au 04 94 47 46 80


Baryte

> Atelier itinérant "de la plaine à la mer"
Du Luc à Cogolin, de la plaine des Maures au littoral, ce parcours célèbre les grands historiens du patrimoine collectif à travers des lieux marqués par l'empreinte des "Grands Hommes". Parmis les étapes: le Château des Vintimilles au Luc, le barrage et les résurgences de l’Argens à Entraigues, le pont "Romain" au confluent des communes du Cannet , de Vidauban et de la  Garde  Freinet...
samedi 18 septembre, rendez-vous à 8h30 au Château des Vintimilles au Luc.

Pour plus de renseignements giselemariol@wanadoo.fr

> Festival de culture provençale sur le thème de la vigne, du vin et de la langue provençale
Causeries, soirée contes, théâtre, cuisine, exposition, concert, vieux métiers... le tout, autour du thème du vin et de la vigne et des écritures provençales sur ce sujet.
du 1er au 29 septembre, à Toulon.
Plus d'informations et réservation au 04 94 08 00 98 ou 04 94 92 74 19

> Sortie géologique dans le massif de la Sainte-Baume avec Edith PLATELET, géologue, organisée par le Conservatoire du Patrimoine.
Le Massif de la Sainte Baume, haut relief calcaire varois, évoque la grotte sainte, des glacières, une hêtraie paléoclimatique exceptionnelle... Mais sait-on que ce massif est le vestige varois le plus spectaculaire d'une ancienne chaîne de montagnes bien postérieure au massif des Maures: la chaine provençale ?
En parcourant la partie nord, l'attention portée sur la topographie, sur des roches variées et leur disposition, permettra de préciser et de comprendre les évènements à l'origine du massif.
Samedi 9 Octobre - Rendez-vous à  9h00 à Mazaugues - Possibilité de covoiturage.
Circuit itinérant en voiture, avec très peu de marche
Nombre de participants limité à 20 personnes
Gratuit - réservé exclusivement aux membres de l'association (adhésion 15€)
Inscription obligatoire au 04 94 43 08 57 ou cpatfreinet@wanadoo.fr















Massif de la Sainte-Baume


Rectification : une erreur s'est glissée dans la lettre d'info du mois de juin; cannisse est du genre féminin et non masculin. On dit donc une cannisse.

.Document réalisé par Céline Pain, chargée de communication du Conservatoire du Patrimoine

INSCRIPTION A LA LETTRE D'INFO

Nom :
Prénom :
Email :
Je souhaite