Le village médiéval du Fort-Freinet
> Situation
> Un site défensif
>
Le village médiéval
>
Mise en valeur du Fort-Freinet : appel à souscription
Situation
Le Fort-Freinet est un village fortifié médiéval (castrum) qui occupe une surface d’environ 4000 m², perché à 450 m d’altitude sur un piton rocheux à l’ouest du village actuel de la Garde-Freinet. Parfaitement défendu, il est ceinturé par un large fossé et par les falaises naturelles. Le seul accès connu se faisait par un sentier étroit, aménagé de marches taillées dans la roche. Sa position en fait un très bon poste d’observation

Télécharger l'itinéraire randonnée

Découvrir le Fort-Freinet en visite guidée

Visiter le musée pour découvrir la maquette du site et les objets retrouvés au cours des fouilles.

Vue aérienne du site
 
Un site défensif
 
Datation du site
L’étude du matériel archéologique découvert lors des campagnes de fouilles semble placer l’origine de l’occupation du site à la fin du XIIe siècle. Un abandon progressif du village fortifié par les habitants eut lieu vers la fin du XIIIe siècle, au profit du col de la Garde, plus proche des voies de communication, mais aussi des terres agricoles et des nombreuses sources d’eau. Le site perché fut donc déserté. Seul le « château » demeurait occupé pour des missions de surveillance.
C’est probablement cette fonction stratégique qui conféra à cet ancien village le nom de « Fort-Freinet ». Son histoire prit fin quand, en 1589, lors des guerres de religion, le Maréchal de La Valette, Duc d’Epernon, Gouverneur de Provence ordonna sa destruction préventive et définitive.

-----------------------------------
1,5 cm

Elément de parure
en cuivre doré

-----------------------------------
1 cm

Monnaie médiévale

-----------------------------------
20 cm

Marmite à fond rond XIVe siècle
 
Les Sarrasins
Dès le XVIIIe siècle, la tradition avait fait du site du Fort-Freinet le repère provençal des Sarrasins. Ces pirates andalous débarquèrent sur les côtes de la Provence au IXe siècle et s’établirent pendant plus de 80 ans dans une circonscription administrative appelée : « Fraxinetum » (de fraxinus, le frêne, arbre qui devait occuper une grande partie de la plaine de Grimaud). En 1965, des chercheurs décidèrent d’entreprendre des fouilles sur le site en espérant trouver ce que la légende rapportait : les ruines d’une forteresse sarrasine. Plusieurs campagnes de fouilles permirent finalement de mettre au jour les vestiges du village médiéval jusque-là oublié, sans découvrir la moindre trace d’une occupation du site par les Sarrasins.
 
Le fossé et la question de l'eau
Le fossé est entièrement taillé dans le rocher atteignant par endroits 8 m de profondeur. Mais cet aménagement remplissait une autre fonction, celui d’une réserve d’eau. En effet, aucune source permanente n’alimentait le site.

Au niveau du fossé, un système de récupération d’eau a été aménagé avec, au sud, un large couloir très pentu permettant de récupérer l’eau de ruissellement et de remplir un premier bassin fermé par un barrage taillé dans la roche. Celui-ci alimente un second bassin de stockage.

Vue du fossé
 
 
 
Le village médiéval
L'organisation du site
D’après les vestiges dégagés, le castrum s’organise en deux parties distinctes :
- le « château », au sommet, qui s’étend sur une esplanade de 120 m². Il est composé de 5 vastes pièces, dont une plus petite, formant sans doute le rez-de-chaussée d’une tour.

- le village, en contrebas, clairement séparé du « château » par une rue qui traverse le site. Composé d’une trentaine de maisons, le village s’étage en éventail sur 3 ou 4 niveaux des versants nord et ouest. Plusieurs chemins de circulation permettent d’accéder à ces divers niveaux d’occupation.
 
Plan du site (Marc Borréani et Françoise Laurier - Service Départemental Archéologique)
Les habitations
La plupart des maisons sont creusées dans la roche pour
former un sol plan. Les pierres extraites servent ensuite à l’élévation des murs maçonnés des autres côtés. Les bâtisseurs ont dû creuser des rigoles pour évacuer les eaux d’infiltration de la roche. On remarque aussi de nombreuses cavités dans la paroi, rappelant l’existence de charpentes et planchers de bois.

On peut penser que les maisons comptaient plusieurs niveaux. Les constructions étaient recouvertes de tuiles canal, retrouvées en très grande quantité sur le site. La majeure partie de ces constructions correspond à des habitations, mais quelques‑unes semblent avoir une fonction plus précise.


Plan d'une habitation (Philippe Sénac)
    
Exemples d'habitation
La cave
L’eau stagnant dans la seule pièce du village, creusée dans la roche à environ 3 m de profondeur, a d’abord fait penser à une citerne collective, élément aussi fréquent que nécessaire sur les sites qui n’ont pas d’eau sur place. Mais plusieurs éléments indiquent que cette pièce servait plutôt de cave collective :
- les deux escaliers, qui réduisent la capacité de stockage d’eau, étaient utilisés pour accéder à la cave.

- la niche triangulaire située sur le mur nord servait de support à un éclairage et n’aurait pas trouvé de raison d’être dans une citerne.

- les nombreuses encoches dans le mur sud sont les points d’appui de solives. Ceci laisse entendre que la pièce avait un plafond, correspondant au rez-de-chaussée de l’édifice contigu.

La cave

Le four

Le « four »
On suppose que la petite pièce circulaire a servi de four. C’est du moins ce que semblent indiquer des traces de rubéfaction (c’est-à-dire rougi par le feu, du fait d’une
utilisation prolongée d’un foyer important).

Les archéologues ont également trouvé un dallage finement agencé, aujourd’hui disparu. La conception du four permet d’imaginer une toiture voûtée.
 
 

Mise en valeur du Fort-Freinet, appel à souscription

La beauté ou l’originalité du Fort-Freinet, notre ancien village, justifieraient à elles-seules de préserver ce site spectaculaire pour le transmettre aux futures générations. Il s’agit d’une responsabilité pour l’histoire et pour l’identité locale. C’est aussi une composante de notre patrimoine culturel et naturel, à valoriser comme un atout de développement pour notre village.

Les ruines médiévales du Fort-Freinet menaçaient de disparaître. Il y avait urgence à intervenir ! En 2014, la commune a conduit une opération qui a concerné le cœur de l’ancien village fortifié. Après trois mois de chantier, la totalité des murs ont été repris et consolidés et le chemin en lacets qui donne accès au castrum a été en partie restauré pour améliorer la sécurité. (voir le bulletin gardois n°12-juin 2014)

Le site se visite désormais avec une bien meilleure compréhension des vestiges, rendus plus visibles au sein de la végétation qui l’entoure, sans lui retirer cette atmosphère si particulière que lui confère son décor naturel préservé.

Pour compléter l’action entreprise, il faut être en mesure de proposer aux visiteurs des itinéraires cohérents et plus sécurisés. La commune va donc, dans une deuxième phase, procéder à l’amélioration générale des accès et procurer une information claire au public, dans une perspective de mise en valeur globale du Fort-Freinet et de La Croix.

Ce projet est réalisé avec le concours et le soutien de la Direction Régionale de l’Environnement, du Service Territoriale de l’Architecture et du Patrimoine, du Service Départemental et du Service Régional de l’Archéologie, pour un coût total estimé à 255 000 euros TTC.

Pour financer une telle opération, nous bénéficions de subventions publiques, notamment une aide de l’État, grâce au statut de site classé du Fort-Freinet. Malgré ce soutien, la commune n’est pas en mesure de supporter à elle seule le reste de la dépense.

C’est pourquoi, le conseil municipal, en raison de la nature particulière du projet, se mobilise pour faire appel au mécénat populaire. Nous avons sollicité la Fondation du Patrimoine pour nous aider à organiser une vaste souscription publique, dont les dons, déductibles des impôts, aideront à la mise en valeur du Fort-Freinet.

 

Faire un don

 
 

                  
Conservatoire du Patrimoine du Freinet - Chapelle Saint-Jean - 83680 La Garde-Freinet

04 94 43 08 57 - cpatfreinet@orange.fr

Mentions légales - Conditions générales de vente